Les futurs avions d'affaires de Bombardier prennent forme


Édition du 14 Juin 2014

Les futurs avions d'affaires de Bombardier prennent forme


Édition du 14 Juin 2014

Par Benoîte Labrosse

Global 7000 de Bombardier [Photo : Bombardier]

Si tout se déroule comme prévu, Bombardier Aéronautique devrait mettre en service deux nouveaux biréacteurs d’affaires en 2016 et 2017. L’entreprise a amorcé le 12 mai dernier la production et l’assemblage d’un premier véhicule d’essai en vol de son programme Global 7000-8000.

« Ça représente un jalon très important, car c’est la première étape où l’on voit concrètement des parties d’avion », affirme Bassam Sabbagh, vice-président et directeur général du programme. Suivront une série de tests devant mener à l’homologation des appareils par Transports Canada, la Federal Aviation Administration américaine et d’autres agences mondiales, puis la livraison aux clients, dont London Air Services, Comlux, AVWest et VistaJet.

Bassam Sabbagh assure qu’avec plus de 70 commandes annoncées depuis le lancement du programme en 2010, la réponse du marché est « très favorable » aux nouveaux venus de la famille Global, qui compte déjà deux modèles, le 5000 et le 6000. « Les différences majeures de ces modèles sont la taille de la cabine, la distance franchissable sans escale, la vitesse maximale d’opération et l’efficacité des technologies de l’appareil et de la cabine », résume-t-il.

Des vols plus longs et plus confortables

Le 20 mai, Bombardier a profité du Salon de l’aviation d’affaires européenne à Genève, en Suisse, pour dévoiler une maquette grandeur nature de plus de 30 mètres du Global 7000. Il s’agit du premier avion d’affaires dont la cabine contient quatre sections distinctes, au lieu des trois qui constituent la norme dans ce type d’appareil. « On peut comparer ça à rajouter une chambre dans une maison, estime M. Sabbagh. La nouvelle zone offrira une meilleure flexibilité à nos clients sur les longs vols, comme de pouvoir disposer d’un lit permanent sans avoir à faire de compromis sur un bureau ou une salle de conférence. »

C’est que les Global 7000 et 8000 pourront respectivement franchir 13 520 km et 14 631 km sans escale en conditions standard – c’est-à-dire à une vitesse de 1 041 km/h avec 10 passagers à bord. « Ils vont pouvoir relier Los Angeles et Sydney, Genève et Shanghai », illustre le directeur général. Il souligne que, sur une distance moins grande, les appareils pourront atteindre un maximum de 1 100 km/h et accueillir jusqu’à 17 passagers.

Ces performances de vol améliorées sont tributaires de plusieurs innovations technologiques, les plus importantes étant une nouvelle aile aérodynamique, en collaboration avec Triumph Aerostructures, et un tout nouveau moteur, en partenariat avec General Electric Aviation. Parker Aerospace est le fournisseur de la technologie de commande de vol électrique (fly-by-wire) qui maximise l’efficacité de l’avion.

Bonnes nouvelles pour l’industrie

La version « bien équipée » du Global 7000 se détaille 72,44 M$, et celle du Global 8000, 68,68 M$. « Pour les gens d’affaires, le temps c’est de l’argent, alors pouvoir faire de longs voyages sans escale, ça vaut de l’or, fait remarquer Suzanne M. Benoît, pdg d’Aéro Montréal. Il n’y a pas beaucoup d’avions d’affaires qui ont des rayons aussi longs, donc c’est un argument de vente supplémentaire pour Bombardier. » Ses principaux concurrents dans la catégorie sont Gulfstream et Dassault Falcon.

Aéro Montréal se réjouit des avancées du programme Global 7000-8000, car plusieurs étapes seront réalisées au Canada. « Toute la conception et le design de l’avion ont été faits à Saint-Laurent, puis le cockpit et le fuselage avant le seront aussi, énumère Mme Benoît. L’assemblage final aura lieu à l’usine de Toronto, mais ça reviendra à Dorval pour la finition intérieure. »

Le Centre de finition Global de Bombardier a d’ailleurs été agrandi de près de 265 000 pieds carrés pour l’occasion. « La société française Aerolia a ouvert une filiale canadienne destinée à produire le fuselage central des Global, ajoute la pdg. Elle vient de s’implanter à Mirabel, à proximité de Bombardier, et embaucher plus de 150 personnes. »

 

À la une

Le Québec pâtira-t-il de la guerre commerciale verte avec la Chine?

17/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Bourse: Wall Street finit en ordre dispersé, le Dow Jones clôture au-dessus des 40 000 points

Mis à jour le 17/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé.

À surveiller: AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed

17/05/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed? Voici des recommandations d’analystes.