Flair Airlines doit au gouvernement fédéral 67M$ d'impôts impayés

Publié le 29/01/2024 à 13:35

Flair Airlines doit au gouvernement fédéral 67M$ d'impôts impayés

Publié le 29/01/2024 à 13:35

Par La Presse Canadienne

La compagnie évoque avoir transporté 296 000 passagers en décembre et 4,5 millions en 2023, ce qui représente des gains importants par rapport à l'année précédente. (Photo: La Presse Canadienne/HO-Flair Airlines)

Des documents judiciaires montrent que Flair Airlines doit à Ottawa 67,2 millions de dollars (M$) en impôts impayés, ce qui a incité l'Agence du revenu du Canada (ARC) à obtenir une ordonnance de saisie et de vente des biens du transporteur aérien.

Le montant concerne les droits d'importation sur les 20 Boeing 737 Max qui composent la flotte de la compagnie aérienne à bas prix, a déclaré le PDG Stephen Jones. 

Il affirme que l'ordonnance de la Cour fédérale obtenue par l'agence fiscale en novembre n'a aucun impact sur les opérations du transporteur, qui se sont développées au cours de la dernière année et ont intensifié la concurrence avec les compagnies aériennes rivales. 

«Nous avons convenu d'un plan de paiement avec l'ARC pour payer ces droits d'importation, et nous sommes à jour avec ce plan», a-t-il réagi par courriel, ajoutant que les termes de l'accord sont confidentiels.

L'Agence du revenu du Canada a mentionné pour sa part qu'elle ne pouvait pas commenter des cas spécifiques pour des raisons de confidentialité, mais qu'elle pouvait saisir les revenus ou les actifs en dernier recours si des arrangements de paiement appropriés avec une entreprise ne pouvaient être conclus.

L'ordonnance fait suite à la reprise de possession de quatre avions de Flair Airlines en mars dernier après que le gestionnaire de location, Airborne Capital, a affirmé que la société manquait régulièrement des paiements au cours des cinq mois précédents. 

En réponse, Flair a lancé une action en justice de 50M$ contre Airborne Capital et trois autres compagnies de crédit-bail, soutenant que les demandes de paiement continues des quatre sociétés étaient «sans fondement».

Flair a vanté ses réalisations au cours des derniers mois, revendiquant le meilleur taux d'achèvement des vols du pays, soit 98%, et un taux de ponctualité de 69%, ce qui est faible au niveau mondial, mais solide par rapport à ses concurrents canadiens.

La compagnie évoque avoir transporté 296 000 passagers en décembre et 4,5 millions en 2023, ce qui représente des gains importants par rapport à l'année précédente. 

Le transporteur à très bas coûts est toutefois confronté à une concurrence accrue de la part de WestJet et de ses proches rivaux Lynx Air et Porter Airlines, qui se développent tous les deux rapidement. 

En mettant davantage l'accent sur les destinations soleil cet hiver, Flair se retrouve en concurrence directe avec d'autres compagnies aériennes qui continuent à faire de même, notamment Sunwing et Air Transat.

Sur le même sujet

À la une

Le Québec pâtira-t-il de la guerre commerciale verte avec la Chine?

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Bourse: Wall Street finit en ordre dispersé, le Dow Jones clôture au-dessus des 40 000 points

Mis à jour à 17:36 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé.

À surveiller: AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed

Que faire avec les titres AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed? Voici des recommandations d’analystes.