WestJet met à pied un nombre indéterminé de pilotes

Publié le 26/02/2021 à 14:48

WestJet met à pied un nombre indéterminé de pilotes

Publié le 26/02/2021 à 14:48

Par La Presse Canadienne

Les avis de mise à pied seraient envoyés avant l’expiration d’un protocole d’entente le 31 mars. (Photo: Darryl Dyck pour La Presse canadienne)

WestJet Airlines a annoncé vendredi la mise à pied d’un nombre indéterminé de pilotes, alors que se poursuivent les négociations avec le syndicat qui les représente. 

La porte-parole de la ligne aérienne, Morgan Bell, a précisé que les avis de mise à pied seraient envoyés avant l’expiration d’un protocole d’entente, le 31 mars. 

Mme Bell n’a pas voulu divulguer le nombre de pilotes touchés. 

Le transporteur aérien a annoncé le 5 février qu’il licencierait 120 membres d’équipage de cabine à compter du 2 mars, attribuant cette décision à l’absence de vols vers le Mexique et les Caraïbes. 

À la demande du gouvernement fédéral, WestJet et d’autres transporteurs canadiens ont accepté de suspendre tous les vols vers le Mexique et les Caraïbes jusqu’au 30 avril dans le but de limiter la propagation de la COVID-19. 

Les compagnies aériennes négocient depuis des mois avec le gouvernement les conditions d’un programme d’aide spécifique à leur secteur. Ottawa a affirmé que toute aide financière fédérale pour les compagnies aériennes dépendrait de l’octroi de remboursements complets aux passagers dont les vols ont été annulés pendant la pandémie. 

 

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

ANALYSE - Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.