Via Rail pourrait inclure Québec dans la phase 1 de son projet de TGF

Publié le 21/12/2015 à 14:46

Via Rail pourrait inclure Québec dans la phase 1 de son projet de TGF

Publié le 21/12/2015 à 14:46

Par François Normand

Photo Bloomberg.

Via Rail Canada pourrait inclure Québec dans le tracé initial de son projet de train à grande fréquence (TGF) qu'elle présentera bientôt au gouvernement fédéral.

«Il n'y a pas du tout de porte de fermée. Il faut simplement trouver la façon d'y arriver», affirme la directrice des communications, Marie-Anna Murat.

En entretien ce midi avec Les Affaires, elle a indiqué que la capitale nationale pourrait faire partie de cette première phase, si les investissements (publics et privés) et la volonté politique à Ottawa étaient au rendez-vous.

Ces dernières semaines, le maire de Québec, Régis Labeaume, et le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec (CCIQ), Alain Aubut, ont vertement dénoncé le fait que la phase un du projet de Via Rail n'inclut que les villes de Toronto, Ottawa et Montréal.

Le maire Labeaume a promis une «bataille politique» à Via Rail, tandis qu'Alain Aubut a déclaré qu'il était «tout simplement inconcevable que la ville de Québec soit exclue du tracé initial».

Selon Marie-Anna Murat, la manière de faire et de financer ce projet qui pourrait inclure Québec est importante, car la société d'État «ne veut pas ajouter de la pression sur le contribuable» qui paie déjà une bonne partie du service ferroviaire au Canada.

Via Rail a décidé de se concentrer d'abord sur l'axe Montréal-Ottawa-Toronto parce qu'il s'agit de la partie de son réseau la plus achalandée au pays, selon Marie-Anna Murat. C'est aussi le corridor où le rendement sur l'investissement serait le plus rapide pour Via Rail.

«Si on ajoute Québec, ça sera seulement un peu plus cher, ça prendra un peu plus de temps, et on inclura une plus grande population. Ce n'est pas impensable, et ce n'est certainement pas écarté», insiste-t-elle.

Dans un entretien avec Les Affaires, Alain Aubut ne s'expliquait pas pourquoi la ville de Québec avait ainsi été exclue de la phase un du projet de Via Rail.

Selon lui, un meilleur service ferroviaire entre Montréal et Québec est essentiel pour cette dernière, notamment pour le secteur financier qui représente 17% du produit intérieur brut (PIB) de la capitale nationale.

«Il y aurait des gains de productivité, notamment pour les employés des grandes organisations qui voyagent fréquemment entre les deux villes», dit-il.

L'Industrielle Aillance (Tor., IAG), La Capitale (assurances et services financiers) et le Mouvement Desjardins, qui ont leur siège social dans la région de Québec, sont trois exemples de sociétés dont les employés voyagent régulièrement entre Montréal et Québec.

Chez Desjardins, on verrait d'ailleurs d'un très bon oeil l'amélioration du service ferroviaire entre les deux villes.

«La perspective d'un lien plus rapide et plus fréquent nous sourirait certainement», affirme le conseiller stratégique André Chapleau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À la une

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, sixième baisse d'affilée pour le Dow Jones

Mis à jour il y a 56 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le rouge.

À surveiller: H2O Innovation, AGF et AG Growth

Que faire avec les titres de H2O Innovtion, AGF et AG Growth? Voici quelques recommandations d’analystes.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour à 16:56 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.