Trois leçons pour la métropole


Édition du 07 Février 2015

Trois leçons pour la métropole


Édition du 07 Février 2015

Par François Normand

La force de la grappe de Savannah réside dans le leadership fort de ses dirigeants économiques et politiques, affirme Mathieu Charbonneau, directeur général de CargoM. «Nous avons par exemple rencontré des élus sur place, et le port est très important pour eux.»

À lire aussi:
Savannah, le port qui en mène large

Vidéo: La recette du port de Savannah
Le Saint-Laurent attend une «révolution maritime»
Montréal: répondre à la croissance du trafic

Trois-Rivières: mieux équilibrer les moyens de transport
Bécancour: trouver de nouveaux clients

Québec: en expansion, concurrence oblige

Sept-Îles: appuyer les projets miniers

Au bas mot, les activités du port de Savannah créent 352 000 emplois directs et indirects. «Quand on crée des emplois, on génère des revenus, ce qui est bon pour la région», insiste John F. Petrino, directeur du développement des affaires de la Georgia Port Authority.

Les ministères clés de l'État de la Géorgie sont aussi très engagés dans la promotion du port et de ses attraits, tels que le Georgia Department of Transportation. Ce ministère abrite entre autres Georgia Allies, un partenariat public-privé qui produit et diffuse de l'information, en plus de travailler à l'amélioration du climat d'affaires.

Même Georgia Power s'investit de près dans ce processus. Le producteur d'électricité abrite le site selectgeorgia.com, qui permet de trouver les sites industriels disponibles en Géorgie, y compris ceux de la région de Savannah.

Ce service gratuit permet aux investisseurs ainsi qu'aux promoteurs industriels d'avoir accès à une foule d'informations stratégiques (distance du port, desserte routière et ferroviaire, zonage, incitatifs possibles, services publics, etc.).

«Ce type d'information centralisée dans un site Web n'existe malheureusement pas dans la région de Montréal. Une entreprise devrait probablement travailler avec un agent immobilier», déplore Madeleine Paquin, présidente et chef de la direction de Logistec, qui offre des services industriels spécialisés, dont la manutention des marchandises dans près de 25 ports nord-américains.

Les entreprises qui s'installent dans la région de Savannah ont aussi accès à des programmes de formation gratuits (Quick Start), à une réglementation de la main-d'oeuvre avantageuse (Right- to-Work, qui libère les salariés de leurs cotisations obligatoires au syndicat de leur entreprise), à de multiples avantages fiscaux, sans parler du statut de zone franche accordé à la région de Savannah.

Une zone franche permet de stocker de la marchandise dans un port sans payer de droits de douane, à la condition qu'elle soit réexportée - donc pas vendue localement. Ce statut permet d'accroître les activités de transit dans un port. Il y a plus de 200 zones franches aux États-Unis, mais aucune au Canada.

À lire aussi:
Savannah, le port qui en mène large

Vidéo: La recette du port de Savannah
Le Saint-Laurent attend une «révolution maritime»
Montréal: répondre à la croissance du trafic

Trois-Rivières: mieux équilibrer les moyens de transport
Bécancour: trouver de nouveaux clients

Québec: en expansion, concurrence oblige

Sept-Îles: appuyer les projets miniers

À la une

Bourse: Wall Street termine sans direction, craintes d'une récession

Mis à jour le 29/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse de près de 150 points.

À surveiller: Couche-Tard, Air Canada, et Gildan

Que faire avec les titres d’Alimentation Couche-Tard, Air Canada et Vêtements de sport Gildan?

Les mythes de la table d’imposition

29/06/2022 | Thomas Gaudet

BLOGUE INVITÉ. Non, votre voisin n’est pas la référence en matière fiscale.