TransForce supprimera des centaines d'emplois chez Loomis

Publié le 01/11/2011 à 13:31, mis à jour le 01/11/2011 à 16:21

TransForce supprimera des centaines d'emplois chez Loomis

Publié le 01/11/2011 à 13:31, mis à jour le 01/11/2011 à 16:21

Par La Presse Canadienne

TransForce s'attend à supprimer des centaines d'emplois au sein des activités de Loomis, espérant ainsi limiter les pertes du groupe qu'il a récemment acquis et le remettre sur le chemin de la rentabilité d'ici le début de l'an prochain.

La société de livraison et de transport a éliminé quelque 50 postes administratifs et se prépare à investir jusqu'à 10 millions $ pour de nouvelles technologies qui devraient améliorer l'efficacité des activités dont il s'est porté propriétaire.

 LIRE : TransForce promet un retour à la croissance

Le chef de la direction de TransForce, Alain Bédard, ne sais toujours pas quelle proportion de l'effectif de 2500 employés de Loomis devra être sacrifiée.

"Ce qui est certain, c'est que de nouvelles mises à pied s'en viennent, parce nous ne pouvons pas nous permettre de perdre de l'argent", a indiqué mardi M. Bédard lors d'un entretien suivant la publication de ses résultats du troisième trimestre.

"Nous allons leur donner de meilleurs outils pour qu'ils soient plus efficaces et en bout de ligne, cela fera en sorte que moins de personnes travailleront avec nous."

Les activités canadiennes de DHL Express, rachetées en juin, ont perdu 3,1 millions $ au cours du plus récent trimestre. Mais M. Bédard espère que cette filiale cessera bientôt de perdre de l'argent et rapportera un léger profit au début de 2012.

 "TransForce est une machine très fine. Lorsque nous prenons une compagnie comme Loomis, il y a beaucoup de gras. Pour être efficace, nous allons devoir réduire sa taille", a expliqué M. Bédard, ajoutant que les réductions de membres du personnel avaient aussi lieu dans le cadre de l'intégration de Dynamex.

 

Bénéfice en baisse, mais supérieur aux attentes

TransForce a affiché un bénéfice en baisse de 22 pour cent pour son troisième trimestre, les éléments hors-exploitation ayant pesé plus lourd que les gains réalisés par l'entremise des acquisitions et de la croissance interne. 

TransForce a fait état d'un bénéfice de 19,3 millions $, soit 20 cents par action, pour le trimestre terminé le 30 septembre. En comparaison, il avait engrangé un an plus tôt 24,7 millions $, soit 26 cents par action.

Le bénéfice ajusté, qui exclut les éléments non récurrents comme la juste valeur des produits dérivés et l'impact des taux de change, a grimpé à 33,3 millions $, ou 35 cents par action. Il s'agit d'une croissance de 49 pour cent par rapport à celui de 22,3 millions $, ou 23 cents par action, du troisième trimestre de 2010.

Les analystes tablaient en moyenne sur un bénéfice ajusté de 27 cents par action, à partir de revenus de 699 millions $.

Les revenus ont avancé de 49 pour cent par rapport à l'an dernier et atteint 743 millions $ au plus récent trimestre, grâce à l'impact des acquisitions et de la croissance interne.

L'analyste Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, a estimé que les résultats surpassaient les attentes essentiellement grâce à la solide performance de ses services dans le secteur de l'énergie.

"TransForce continue à se concentrer sur l'optimisation de l'efficacité d'exploitation (particulièrement aux États-Unis) malgré les incertitudes économiques. Les priorités à court terme comprendront l'amélioration de la rentabilité chez Dynamex et Loomis Express (DHL Express), ainsi que la réduction de la dette", a écrit M. Poirier dans un rapport.

TransForce a racheté la société texane Dynamex en décembre 2010 pour 248 millions $ US.

DHL Express Canada ajoutera plus de 275 millions $ en revenus bruts, mais a coûté moins de 25 millions $ parce que son fonctionnement repose largement sur le recours à des propriétaires-exploitants de camions.

M. Bédard ne compte pas sur une grande croissance des revenus l'an prochain, sauf pour le secteur du pétrole et du gaz naturel, en Alberta et dans les rocheuses américaines.

"Nous sommes confiants d'avoir une année 2012 qui sera probablement similaire à 2011 en raison de ce que nous savons aujourd'hui, et nous allons faire mieux parce que nous serons plus efficaces."

Entre-temps, la société prévoit une croissance de ses livraisons pour les grands détaillants compte tenu de l'arrivée au Canada de nouveaux joueurs déjà établis sur le marché américain, comme Target.

Le secteur du détail représente plus de 20 pour cent des revenus d'ensemble de TransForce, soit quelque 500 millions $. M. Bédard aimerait voir ce chiffre grimper à environ 25 pour cent.

TransForce offre des services de livraisons de colis, de transport par camion et de logistique à travers le Canada.

L'action de TransForce (TSX:TFI) reculait mardi après-midi de 16 cents à la Bourse de Toronto, et s'échangeait à 11,87 $.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

Lanaudière accélère son expansion

Édition du 24 Août 2019 | Pierre Théroux

FOCUS LANAUDIÈRE. La forte croissance des dernières années dans Lanaudière a même engendré un heureux problème.

À surveiller: Banque Royale, Lowe's et BlackBerry

09:08 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Banque Royale, Lowe’s et BlackBerry? Voici quelques recommandations d'analystes.

Amazon et Microsoft impliquées dans le développement des armes autonomes?

Il y a 50 minutes | AFP

Amazon, Microsoft et Intel pourraient mener une course aux armements dans le secteur de l'intelligence artificielle.