Sept-Îles: appuyer les projets miniers


Édition du 07 Février 2015

Sept-Îles: appuyer les projets miniers


Édition du 07 Février 2015

Le plus gros chantier maritime du Canada est à Sept-Îles.

Voie de transit du minerai de fer et de l'aluminium du Nord-du-Québec, le Port de Sept-Îles est le plus important port minéralier en Amérique du Nord et l'un des plus importants du Canada relativement au volume annuel manutentionné.

À lire aussi:
Savannah, le port qui en mène large

Vidéo: La recette du port de Savannah
Montréal: répondre à la croissance du trafic

Trois-Rivières: mieux équilibrer les moyens de transport
Bécancour: trouver de nouveaux clients

Québec: en expansion, concurrence oblige
Trois leçons pour la métropole
Montréal: répondre à la croissance du trafic

«Le Port de Sept-Îles joue un rôle stratégique pour l'approvisionnement du Nord-du-Québec, souligne le pdg de l'administration portuaire, Pierre Gagnon. En ce sens, la stratégie maritime arrive à point pour appuyer le développement de projets miniers liés à l'arrivée de nouveaux joueurs dans le marché du fer.»

Pierre Gagnon pense notamment à Tata Steel, qui exploite une mine de fer à Schefferville et s'est engagée dans le projet Taconite, à Kémag. Le minerai de Kémag et de LabMag au Labrador sera transformé à Sept-Îles. Les Chinois sont aussi de plus en plus présents, par l'intermédiaire d'entreprises telles Wuhan Iron & Steel (Wisco), propriétaire à 25 % de la mine à ciel ouvert du lac Bloom.

Le souci de l'administration portuaire de Sept-Îles est donc d'adapter ses infrastructures pour jouer pleinement son rôle de pôle logistique en appuyant le développement de ces grands projets. D'autant plus que l'axe routier de la Côte-Nord ne présente pas les caractéristiques idéales pour assurer le transport de ces marchandises. «L'infrastructure routière n'a pas été mise aux normes, déplore M. Gagnon. Elle présente un taux élevé d'accidents mortels impliquant des véhicules lourds. Beaucoup de segments n'ont pas de voie d'évitement ou de dépassement.»

Selon lui, optimiser l'usage de la voie maritime éviterait une densification du transport par véhicules lourds sur la route 138, qui est déjà prédominant. Il est heureux de voir figurer dans l'ébauche de stratégie maritime un axe misant sur la complémentarité des modes de transport tablant sur une optimisation du transport maritime, notamment le transport sur courte distance (cabotage).

****************************************************

Aluminerie Alouette optimise le transport maritime

Chaque année, Aluminerie Alouette fait venir par bateau environ 1,2 million de tonnes d’alumine raffinée et 215 000 tonnes de coke de pétrole à ses installations de Sept-Îles. Des 600 000 tonnes d’aluminium qu’elle produit annuellement, la moitié est expédiée vers l’Europe et 30 % transite vers les États-Unis sur la barge Alouette Spirit, de McKeil Marine. Seulement 20 % de la production se déplace par voie terrestre ou maritime, une proportion que l’entreprise souhaite encore voir diminuer.

« Le Port de Sept-Îles est un partenaire majeur pour nous, avec lequel nous avons réalisé de nombreux projets », note Dominique Lapointe, directeur de l’approvisionnement. En 2014, l’aluminerie inaugurait le Centre de logistique de l’aluminium, un investissement de près de 20 M$ CA s’inscrivant dans le projet d’augmentation de la capacité du terminal La Relance. Le bâtiment de 6 400 m2 possède une capacité d’entreposage de 15 000 tonnes d’aluminium, et surtout un système de gestion automatisé de la manutention composé de véhicules autoguidés. Le centre augmente l’efficacité et la sécurité de la manutention.

« La stratégie maritime comprend un axe de transport parfaitement aligné sur notre volonté de transférer le volume routier et ferroviaire vers le maritime », souligne Dominique Lapointe. — J.-F.V.

*****************************************************

INFOS

Investissements récents: 220 M$ en 2013-2014 pour le nouveau quai multiusager de Pointe-Noire, dont la profondeur permettra d'accueillir de plus gros navires.

Tonnage: 28 Mt

Chiffre d'affaires: 13,1 M$

Emplois: 4 000 directs et indirects

Source : Port de Sept-Îles

À lire aussi:
Savannah, le port qui en mène large

Vidéo: La recette du port de Savannah
Montréal: répondre à la croissance du trafic

Trois-Rivières: mieux équilibrer les moyens de transport
Bécancour: trouver de nouveaux clients

Québec: en expansion, concurrence oblige
Trois leçons pour la métropole
Montréal: répondre à la croissance du trafic

À la une

Myni, grande gagnante du Défi jeunes pousses en croissance Banque Scotia

Mis à jour le 02/12/2022 | Elsa Vecchi

Elle s’est démarquée lors d’un concours de pitch sur le thème de la «Vallée de la mort».

Défi jeunes pousses en croissance: Uni et Brave remporte le prix Coup de coeur du public

16/11/2022 | Elsa Vecchi

Vous avez été nombreux à voter pour son pitch d'entreprise.

COP15: protéger l'environnement, c’est payant

02/12/2022 | François Normand

ANALYSE. La nature nous procure quatre services essentiels: l'approvisionnement, la régulation, le soutien, la culture.