Québec investit 516 M$ dans l'électrification des transports

Publié le 01/11/2013 à 13:23, mis à jour le 01/11/2013 à 14:29

Québec investit 516 M$ dans l'électrification des transports

Publié le 01/11/2013 à 13:23, mis à jour le 01/11/2013 à 14:29

Par François Normand

Le gouvernement Marois confirme qu'il investira 516 millions de dollars d'ici 2017 pour électrifier les transports au Québec, dont 454 M$ seront financés à partir du fonds vert. Au coeur de cette stratégie, bâtir une filière industrielle «forte et performante» dans le domaine du transport électrique.

«Son objectif [la stratégie] est simple, mais ambitieux: nous voulons faire du Québec un leader mondial dans ce secteur d'avenir, comme nous l'avons fait jadis avec l'aéronautique, avec le multimédia», affirme Pauline Marois.

Parlant ce vendredi midi devant l'Association de l'industrie électrique du Québec (AIEQ), la première ministre a expliqué que la stratégie d'électrification des transports (2013-2017) comprenait quatre principales mesures, dont plusieurs sont connues depuis longtemps:

-Faire plus rapidement une plus grande aux transports électriques

-Tirer partie du savoir-faire du Québec

-Bâtir l'avenir autour d'une filière industrielle forte et performante

-Faire de l'État québécois un modèle à suivre

De ces quatre mesures, c'est la troisième qui présente le plus grand intérêt pour les entreprises du Québec. Car le gouvernement investira 221,7 M$ pour développer une filière industrielle spécialisée dans l'électrification des transports.

En conférence de presse, Pauline Marois a expliqué que cette somme devrait générer jusqu'à 1,1 milliard de dollars en investissement privé au Québec d'ici 2017. Des investissements qui pourraient créer jusqu'à 2000 emplois.

Le gouvernement a trois priorités dans le développement de cette industrie manufacturière, qui a déjà de fortes assises au Québec.

Dans un premier temps, il veut développer de nouvelles technologies et commercialiser des produits novateurs.

Dans un deuxième temps, le gouvernement veut attirer des joueurs de calibre mondial en misant sur des leaders québécois de l'industrie déjà présents au Québec, comme Bombardier Transport, Nova Bus et Prévost Car.

Pour attirer des multinationales, le gouvernement Marois investira 50 millions sur trois ans (dont 14 M$ pour l'exercice 2014-2015) en offrant des prêts et des garanties de prêts. Cette approche vise par exemple à favoriser le transfert de connaissances et d'expertise entre les centres de recherche et les partenaires industriels.

Dans un troisième temps, Québec veut exporter le fruit de ce savoir-faire, comme le ministre du Commerce extérieur Jean-François Lisée l'a annoncé lundi, dans le nouveau Plan du développement du commerce extérieur.

La stratégie d'électrification en bref...

Faire plus rapidement une plus grande aux transports électriques

-Un rabais maximal de 8000$ à l'achat d'un véhicule électrique d'ici 2017

-Au total, Québec veut introduire 12 500 de nouveaux véhicules électriques de plus d'ici 2017, soit six fois plus qu'à l'heure actuelle

-Un plan pour déployer à terme 10 000 bornes de recharge sur l'ensemble du Québec (5000 pour les citoyens et 5000 pour les entreprises et les institutions)

-Des taxis électriques (525 à terme, dont 325 taxis électriques et 200 véhicules hybrides non rechargeables) dans les villes du Québec

-un «axe électrique» desservi par trolleybus sera déployé sur le boulevard Saint-Michel à Montréal. Cet investissement s'élève à 15 M$

Tirer partie du savoir-faire du Québec

-Création de l'Institut du transport électrique, un investissement de 35M$

Bâtir l'avenir autour d'une filière industrielle forte et performante

-Plus de 200 M$ pour bâtir une filière industrielle performante

Faire de l'État québécois un modèle à suivre

-L'installation de 1000 bornes de recharge à proximité des édifices gouvernementaux

-Le gouvernement aidera les municipalités dans leurs efforts d'électrification des transports

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À la une

Le projet de loi 96 bien accueilli par l'opposition et Ottawa

La nouvelle pièce législative vise à encadrer l’usage du français chez les entreprises de 25 à 49 employés notamment.

Le gouvernement Legault parraine une réforme de la loi 101

Mis à jour à 16:24 | La Presse Canadienne

La nouvelle loi 101 sera appliquée aux entreprises de 25 à 49 employés.

Loi 101: aidons les PME à mieux intégrer les immigrants

10/04/2021 | François Normand

ANALYSE. «Le renforcement de la loi 101 ne doit pas alourdir le processus administratif des PME de 25 à 49 employés.»