Où coupera Bombardier?

Publié le 17/02/2016 à 09:20, mis à jour le 17/02/2016 à 10:26

Où coupera Bombardier?

Publié le 17/02/2016 à 09:20, mis à jour le 17/02/2016 à 10:26

Par La Presse Canadienne

(Photo: Bombardier)

Bombardier (TSX:BBD.B) a annoncé mercredi le licenciement de 7000 employés, dont 2000 contractuels, au cours des deux prochaines années, afin de poursuivre son redressement financier.

À lire: les 5 annonces importantes de Bombardier

Ces compressions, qui représentent environ 10% de l'effectif mondial de l'entreprise, se feront principalement au Canada ainsi qu'en Europe. Selon le coordonnateur québécois de l'Association internationale des machinistes et porte-parole syndical de Bombardier, Dave Chartrand, 2400 emplois seront supprimés à travers le Québec.

Plus de 3200 travailleurs de Bombardier Transport sont concernés. Quelque 2500 employés seront touchés du côté des activités d'aérostructures et services d'ingénierie, 800 au sein de l'ingénierie et du développement de produits aéronautique et 500 dans le secteur des avions d'affaires.

Des 2830 emplois supprimés au Canada, quelque 2400 le seront donc au Québec. En Europe, 3380 travailleurs perdront leur emploi. Ailleurs, comme aux États-Unis, il y aura 790 licenciements.

Ces compressions entraîneront une charge de restructuration variant entre 250 et 300 millions $ US, selon Bombardier.

Parallèlement, le constructeur d'avions et de trains embauchera dans certains secteurs en croissance, notamment en ce qui a trait à son programme CSeries, ce qui, d'après la direction, se traduira par des embauches à Mirabel.

Bombardier a par ailleurs vu Air Canada (TSX:AC) s'engager à acheter 45 avions CS300 - une première commande ferme en près de 18 mois pour la CSeries. Au prix courant de l'appareil, la facture oscillerait aux alentours de 3,2 milliards $ US.

Cette commande comporte également des options pour 30 appareils supplémentaires et comprend des droits de substitution, dans certains cas, pour des avions CS100.

«C'est un important vote de confiance à l'endroit d'un excellent avion qui génèrera de la valeur pour Air Canada ainsi que ses passagers», a dit M. Bellemare.

Questionné sur une potentielle aide financière du gouvernement fédéral, le dirigeant de Bombardier a expliqué qu'il espérait une intervention similaire à celle du gouvernement du Québec, qui a injecté 1 milliard $ US dans la CSeries.

Disant évaluer les demandes de Bombardier, Ottawa n'a toujours pas pris de décision.

Bombardier a également profité de la publication de ses résultats trimestriels pour annoncer un regroupement de ses actions, ce qui devrait faire passer le cours de son titre dans une fourchette oscillant entre 10 $ et 20 $.

Cette nouvelle réduction d'effectifs a été annoncée à l'occasion de la divulgation des résultats du quatrième trimestre et ainsi que de l'exercice 2015 de la multinationale québécoise. 

«Nous relançons Bombardier pour rendre cette formidable entreprise plus solide et plus compétitive», a souligné son président et chef de la direction, Alain Bellemare, par voie de communiqué.

Les licenciements devraient se traduire par une charge de restructuration variant entre 250 et 300 millions $ US, selon Bombardier.

À la une

Frontière: MEQ exige la réciprocité entre le Canada et les É.-U.

Il y a 50 minutes | François Normand

En 2019, la valeur du commerce des biens et des services entre le Canada et les États-Unis s’est élevée à 887,9 G$CA.

L'automatisation créera de l'emploi, non le contraire!

Il y a 50 minutes | Sylvie Cloutier

BLOGUE INVITÉ. L'industrie a besoin d’une vision à long terme pour demeurer attrayante pour les prochaines générations.

La vision du jeu des affaires

Il y a 50 minutes | Marc Lavallée

En voyant l'entreprise comme un jeu infini, on favorise l'innovation et la croissance à long terme.