Métro de Montréal: retour à la case départ

Publié le 13/07/2010 à 15:05

Métro de Montréal: retour à la case départ

Publié le 13/07/2010 à 15:05

Par Martin Jolicoeur

Photo : LesAffaires.com

La Société de transport de Montréal (STM) a finalement pris la décision de relancer les procédures d’appels d’offres dans le dossier fleuve de remplacement des voitures du métro de Montréal.


Réunis en rencontre extraordinaire ce matin, les membres du conseil d’administration ont accepté la recommandation des experts de la STM et de son bureau de projet, lesquels sont arrivés à la conclusion que la manifestation d’intérêt de la société espagnole Construcciones y Auxiliar de Ferrocarriles S.A. (CAF) satisfait aux exigences de l'avis d’intention, publié le 22 janvier 2010. 


En conséquence, a expliqué la STM par voix de communiqué, les membres du conseil d'administration ont mandaté la direction à reprendre du début le processus d’appel d’offres public international pour l’acquisition de 765 voitures sur pneumatiques avec des options d’achat pour 288 voitures additionnelles. Ce contrat, estime-t-on, pourrait excéder les 3G$.


PLUS: C'est l'incompréhension chez Bombardier Transport


PLUS: La Cour supérieure déboute Bombardier et Alstom


PLUS: Bombardier brandit le spectre des mises à pied


PLUS: Bombardier-Alstom s'adresse aux tribunaux


PLUS: Interview avec CAF: les Espagnols viendraient pour rester


La société de transport explique que les «experts opérationnels, techniques et financiers de la STM ainsi que ceux de SNC Lavalin, Tecsult et Dessau» ont fondé leur recommandation sur leurs propres études et analyses ainsi que sur les conclusions du rapport produit par la firme Hatch, Mott, MacDonald et Booz Allen Hamilton (Hatch), retenue par la STM.


Ce rapport conclut que CAF aurait démontré son « entière conformité » aux exigences applicables, soutient le communiqué de la STM. En conséquence, et conformément à la résolution adoptée par le conseil ce matin,  la STM a mandaté l’équipe du projet à enclencher immédiatement le processus de lancement d'un nouvel appel d’offres public.


La STM évite de préciser les nouveaux délais qu'une telle décision entraînera sur le renouvellement des nouvelles voitures du métro de Montréal. Si ce n'est pour dire qu'il est prévu que ce dernier pourra être publié sur le marché international à l’automne prochain, et ce, en toute conformité avec les conditions prescrites dans l’Autorisation ministérielle du gouvernement du Québec.


Une décision attendue


Plusieurs observateurs s’attendaient à cette décision, compte tenu du sérieux apparent de l’expression d’intérêt soumise par la société espagnole CAF. Tout au cours du processus de vérification, cette dernière a soutenu être en mesure de répondre à l'appel d'offres de la STM et vouloir s'implanter au Québec pour de bon, advenant l'obtention du contrat de renouvellement du métro de Montréal. 


Les dirigeants de CAF se sont évidemment réjouis de la décision du conseil de la STM, tablant sur la possibilité que cette décision, bien que coûteuse en terme de délais, permette de diminuer de 15% à 20% la facture totale du projet pour les contribuables québécois.


«L'appel d'offres pourra permettre des économies substantielles pour le Québec, tout en assurant des retombées économiques locales considérables, a réagi Jesus Esnaola, directeur général des affaires internationales de CAF. Une équipe technique de CAF est actuellement au Québec afin de rencontrer des fournisseurs québécois et de débuter les préparatifs en vue de l'appel d'offre et de l'implantation éventuelle de CAF au Québec.


Pour sa part, Bombardier qui a brandit la possibilité de mises à pied à son usine de La Pocatière, au cours des dernières semaines, a plaidé l'incompréhension en toute fin de journée. Son porte-parole ne s'est pas avancé sur le nombre des mises à pied que cette décision entraînera dans le Bas-Saint-Laurent au cours des prochaines semaines.


Rappelons que le 30 juin dernier, la Cour supérieure a débouté Bombardier-Alstom, qui souhaitait empêcher la STM de lancer un nouvel appel d’offres. Le consortium soutenait que l’avis international publié par la STM, qui invitait des entreprises à se manifester pour participer à un nouvel appel d’offres, devait être invalidé. Cet argument a toutefois été rejeté par le juge en chef adjoint de la Cour supérieure, André Wery.


 


>>> Consultez notre dossier sur le feuilleton du renouvellement du métro de Montréal.




image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Première: des étudiants de McGill deviennent investisseurs d'impact

23/04/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Le Montreal Social Value Fund permettra à des étudiants d'expérimenter l'investissement d'Impact local.

Dans quelles villes le prix des propriétés a le plus crû?

23/04/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. En 10 ans, le prix des maisons a augmenté davantage dans certaines villes du Québec. Lesquelles?

Le PDG d'Aldo veut prouver qu'il n'est pas que «le fils du patron»

23/04/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. «Je veux prouver que je suis vraiment digne de ce poste; je ne veux laisser aucun doute.»