Le titre de GM perd 31% de sa valeur

Publié le 09/10/2008 à 00:00

Le titre de GM perd 31% de sa valeur

Publié le 09/10/2008 à 00:00

Par Denis Lalonde
L’action a chuté dramatiquement en réaction à une annonce de l'agence de cotation de crédit Standard & Poors (S&P) qui a placé la dette de GM sous révision avec perspective négative.



«La révision reflète la rapide détérioration du marché mondial de l’automobile et des marchés financiers», déclare l’agence dans un communiqué.



«Nous croyons que GM possède assez de liquidités pour terminer l’année 2008. Toutefois, l’accélération de la détérioration des fondamentaux de l’industrie automobile présenteront de sérieux défis pour le constructeur en 2009», prévient Standard & Poors.



Si la dette de GM devait être décotée, cela signifie que ses dépenses en intérêts sur sa dette actuelle et sur d’éventuels emprunts vont augmenter.



«La descente de General Motors est très inquiétante; elle signifie que la société est menacée de faillite», affirme Yves Lamoureux, stratège chez Blackmont Capital.



La révision de S&P touche également la participation de 49% de GM dans sa division de services financiers GMAC.

image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

PĂ©nurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

La vague des micro-distilleries frappe la Belle Province

Édition du 12 Janvier 2019 | Daniel Germain

Aujourd'hui, on trouve une dizaine de vodkas québécoises et trois fois plus de gins made in Quebec.

CGI, l'effet du «shutdown» américain dans la mire

Washington représente 12,7% des revenus de CGI, mais la majorité des contrats sont de nature essentielle.

Le «shutdown» pèse sur l'économie américaine

11:36 | AFP

Aucune solution immédiate n’apparaît pour mettre un terme à la fermeture partielle des administrations.