Le Saint-Laurent attend une «révolution maritime»


Édition du 07 Février 2015

Le Saint-Laurent attend une «révolution maritime»


Édition du 07 Février 2015

[Photo: Shutterstock]

Lors de son récent voyage en Belgique, le premier ministre Philippe Couillard a profité d'une visite au port d'Anvers, principal port européen d'acheminement de marchandises vers l'Amérique du Nord, pour promettre le dévoilement de la stratégie maritime québécoise avant juin. Les acteurs de l'industrie maritime en savent encore bien peu au sujet de ce qui reste, pour l'instant, une promesse électorale à remplir. Chose certaine, ils sont impatients d'en savoir plus.

À lire aussi:
Savannah, le port qui en mène large

Vidéo: La recette du port de Savannah
Montréal: répondre à la croissance du trafic
Trois-Rivières: mieux équilibrer les moyens de transport
Bécancour: trouver de nouveaux clients

Québec: en expansion, concurrence oblige

Sept-Îles: appuyer les projets miniers

 «Il est temps que le Québec se dote d'une véritable vision stratégique de l'atout que représente le fleuve Saint-Laurent en tant qu'axe d'échange majeur, note Nicole Trépanier, présidente de la Société de développement économique du Saint-Laurent (SODES). C'est d'autant plus intéressant que l'industrie maritime n'a pas fait pression en ce sens sur le gouvernement. Le Parti libéral du Québec est venu de son gré vers elle en intégrant un projet de stratégie maritime à sa plateforme électorale. C'est signe qu'il a compris qu'il y avait un besoin.»

De la parole aux actes

Reste que relativement peu d'informations concrètes ont filtré jusqu'à maintenant quant aux intentions de Québec, si ce n'est la possible création de pôles logistiques à Contrecoeur et Vaudreuil-Soulanges.

Le ministre délégué aux Transports et à l'Implantation de la stratégie maritime, Jean D'Amour, qui n'hésite pas à qualifier la stratégie de «révolution maritime», a aussi déjà évoqué le passage sous juridiction québécoise des ports fédéraux comme Gros-Cacouna, Baie-Comeau, Rimouski, Gaspé, Matane ou Cap-aux-Meules, de même que la création d'un diplôme d'études professionnelles pour les futurs matelots.

Le projet de stratégie maritime prévoit la création de 30 000 emplois, des investissements privés de 4 milliards de dollars et publics de 3 G$, ainsi que des retombées fiscales évaluées à 3,5 G$.

Dans la plateforme électorale du PLQ, on retrouve 11 axes d'intervention des plus divers, touchant le transport maritime, les ports, la pêche, le tourisme, les chantiers maritimes, l'environnement ou la main-d'oeuvre. Un vaste terrain de jeu !

À lire aussi:
Savannah, le port qui en mène large

Vidéo: La recette du port de Savannah
Montréal: répondre à la croissance du trafic
Trois-Rivières: mieux équilibrer les moyens de transport
Bécancour: trouver de nouveaux clients

Québec: en expansion, concurrence oblige

Sept-Îles: appuyer les projets miniers

À la une

Pour en finir avec le populisme économique

ANALYSE. Miner la confiance des Canadiens à l'égard de la Banque du Canada est un jeu dangereux et malhonnête.

Bourse: Wall Street termine la semaine en hausse pour la première fois en deux mois

Mis à jour le 27/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de plus de 200 points.

La Banque Nationale surpasse les attentes tandis que l'horizon économique s'assombrit

Les résultats du plus récent trimestre de la Banque Nationale montraient des hausses de revenus pour tous ses secteurs.