Le pari pas si fou de Tesla


Édition du 10 Octobre 2015

Le pari pas si fou de Tesla


Édition du 10 Octobre 2015

En dehors de sa motorisation électrique, le Model X se distingue par ses portières en ailes de mouette pour accéder aux places arrière, un défi technique. Elles n’ont besoin que d’une trentaine de centimètres de chaque côté pour pouvoir s’ouvrir.

Le 29 septembre, en direct du quartier général de Tesla à Fremont en Californie, Martin Paquet, directeur des ventes pour l'Est du Canada, attend dans quelques heures le lancement du modèle X, le premier véhicule utilitaire sport (VUS) du constructeur. «Environ 25 000 personnes ont déjà réservé leur modèle X», dit-il. En fait, Tesla a plus de 3 milliards de dollars en commandes fermes pour ce nouveau modèle.

La logique voulait qu'après un roadster et une berline, le véhicule suivant de Tesla soit un VUS, catégorie reine de l'automobile ces dernières années. «Le marché des VUS haut de gamme est plus important au Canada que le marché des berlines de luxe. On prévoit connaître beaucoup de succès dans ce créneau», explique Martin Paquet. Les VUS représentaient 32 % des ventes de voitures neuves au Canada l'année dernière, selon le site spécialisé Goodcarbadcar.net.

Où s'en iront ces premiers 3 G$ de ventes ? Ils nourriront la machine à engloutir les dollars qu'est Tesla.

Selon le Financial Times, le constructeur automobile avait investi, au 31 décembre 2014, 3,3 G$ US en capital et recherche. La chaîne de montage du modèle X ne comprend pas moins de 542 robots. À elle seule, la méga-usine de piles au lithium en construction au Nevada coûtera la bagatelle de 5 G$ US. Tesla a dû effectuer une nouvelle ronde de financement cet été en émettant pour 500 M$ US d'actions afin de soutenir le développement du futur modèle 3.

La stratégie muskienne

Remplacer l'essence par l'électricité fait partie du plan de changer le monde du pdg de Tesla, Elon Musk. L'Organisation mondiale de la santé estime qu'en 2012, la pollution atmosphérique avait causé la mort prématurée de 7 millions d'individus dans le monde, soit un décès sur huit.

On pourrait résumer son oeuvre ainsi : acheter du temps sur Terre dans la lutte aux changements climatiques et à la pollution pour avoir les moyens de coloniser Mars, son rêve ultime. «C'est gênant d'avoir abandonné l'exploration spatiale il y a plusieurs années. Les efforts qu'Elon [Musk] met dans ce projet et ses résultats prouvent qu'on devrait recommencer à s'y intéresser», dit Will Nicholas, responsable des relations avec les gouvernements chez Tesla.

Le premier véhicule de Tesla, un roadster, une Lotus Elise modifiée produite à 2 500 exemplaires de 2008 à 2012, a prouvé à l'industrie qu'il était possible de construire un superbolide électrique. Le modèle S lancé en 2012 n'a toujours pas de concurrent. Il a fait exploser la cote d'évaluation du Consumer Reports à 103 sur 100. Pour Jacques Duval, chroniqueur automobile, le premier contact avec la voiture a été spectaculaire. «Ça a été le coup de foudre. Je trouvais que cette voiture avait les performances d'une Porsche, le luxe d'une Mercedes, le plaisir de conduire d'une BMW.»

La production devrait s'élever à 50 000 exemplaires cette année. À titre de comparaison, Aston Martin a produit 4 000 véhicules en 2014, Ferrari, 7 000, et Porsche, 190 000.

Autre fait d'armes, Tesla n'a pas encore subi les affres des rappels pandémiques d'autres constructeurs automobiles, tels que General Motors et Toyota.

Troisième génération : hors de la niche

Le salut de l'entreprise passe par la production d'ici 2020 de plus de 500 000 exemplaires par année d'un modèle qui n'existe pas encore, la 3, une berline intermédiaire abordable, déclinée éventuellement en multisegment. Tandis que les trois premiers modèles Tesla (le Roadster, la S et la X) sont des produits de niche qui font perdre de l'argent à l'entreprise, la stratégie est tout autre pour le futur modèle 3.

Les investissements agressifs d'Elon Musk servent à se rendre jusqu'au modèle 3. La X ne marque pas l'emplacement du trésor, mais le chemin vers le complément d'une Sainte-Trinité que formeront la berline, le VUS et une intermédiaire à long rayon d'action pour monsieur et madame Tout-le-monde.

Elon Musk a confirmé sur son fil Twitter le 3 septembre trois des quatre éléments clés de la prochaine voiture : son prix (autour de 35 000 $ US), le moment de sa présentation officielle (mars 2016) et le début de sa production (deuxième moitié de 2017). Il ne reste qu'à confirmer l'autonomie de la voiture, le nerf de la guerre dans le secteur des véhicules électriques. Tesla commencera à prendre les commandes lors de cette future présentation officielle.

Inscrite au Nasdaq sous le symbole TSLA, l'action de Tesla au lendemain du lancement avait gagné 11 % depuis le début de l'année, tandis que l'indice des constructeurs automobiles de Bloomberg avait chuté de 14 % au cours de la même période. En ces premiers jours d'octobre, Tesla n'a pas à rougir de sa capitalisation boursière de 32,1 G$ US par rapport à celle de Ford (55,5 G$ US) et de GM (50,3 G$ US).

À lire aussi :
Telsa : le réseau de superchargeurs le plus étendu
Des nouveautés présentées au Salon de Francfort
Lexus RX 350 et 450h 2016 : la classe affaires
«Ce qui compte, c'est d'avoir un véhicule spacieux et confortable» - Jonathan Garnier, La Guilde culinaire

À la une

Bourse: Wall Street termine sans direction, craintes d'une récession

Mis à jour le 29/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse de près de 150 points.

À surveiller: Couche-Tard, Air Canada, et Gildan

Que faire avec les titres d’Alimentation Couche-Tard, Air Canada et Vêtements de sport Gildan?

Les mythes de la table d’imposition

29/06/2022 | Thomas Gaudet

BLOGUE INVITÉ. Non, votre voisin n’est pas la référence en matière fiscale.