Le lock-out au Port de Montréal a déjà des effets négatifs sur l'économie

Publié le 20/07/2010 à 16:31

Le lock-out au Port de Montréal a déjà des effets négatifs sur l'économie

Publié le 20/07/2010 à 16:31

Par Alexandre Paillé

Photo : Bloomberg

Le lock-out des débardeurs au Port de Montréal a déjà des effets négatifs chez d’importants joueurs de l’économie québécoise. AbitibiBowater évoque des licenciements possibles et Cascades pourrait devoir retarder un projet d'investissement si un accord n'est pas trouvé dans les prochains jours.

PLUS : Lock-out : médiation au Port de Montréal

Le plus grand producteur de papier journal en Amérique du Nord, AbitibiBowater, expédie une partie «significative» de son papier et de son bois par le port de Montréal, a déclaré son porte-parole Jean-Philippe Côté à Bloomberg. La société est déjà contrainte d’entreposer certains produits dans ses entrepôts et évoque des mises à pied temporaires si le lock-out persiste.

«Nous n'avons vraiment pas besoin de ce problème», a déclaré M. Côté. «Nous essayons de trouver des routes alternatives où nous le pouvons, mais ce n'est pas possible pour tous nos envois et ça engendre des coûts supplémentaires.»

AbitibiBowater possède 31 usines au Québec, dont huit produisent de papier, et 23 autres spécialisées dans la transformation du bois. L'entreprise basée à Montréal et plusieurs de ses unités ont demandé l'an dernier la protection de la faillite.

Bombardier, le deuxième fabricant de trains au monde, pourrait aussi être touché. L’entreprise reçoit plusieurs pièces expédiées par le port de Montréal, a déclaré la porte-parole Isabelle Rondeau. Ces pièces qui servent à la fabrication de trains et aussi d’avions pourraient être livrées par le biais d'autres ports comme Halifax en Nouvelle-Écosse. Bombardier n'a pas de conteneurs bloqués à Montréal, selon Mme. Rondeau.

De son côté, le fabricant de papier Cascades pourrait retarder un investissement de 20 millions de dollars à l'une de ses usines québécoises parce que certaines des pièces de machinerie sont coincées au port de Montréal, selon le porte-parole Hubert Bolduc.

«Nous pourrions devoir réévaluer l’échéancier de notre projet», a dit M. Bolduc dans une entrevue téléphonique. «Nous avions prévu que nos sous-traitants débutent le travail en août, mais nous ne savons pas comment cela va se dérouler si le conflit se prolonge.»

Inquiétudes chez les exportateurs

Le conflit au Port de Montréal inquiète également les dirigeants de nombreuses entreprises manufacturières et exportatrices qui craignent de subir des contrecoups financiers du lock-out des débardeurs.

Déjà, le président des Manufacturiers et exportateurs, Simon Prévost, affirme que ses membres ont exprimé leurs appréhensions.

"Ils sont un peu embêtés par l'incertitude et à terme, s'il y a des livraisons en retard, il pourrait y avoir des pénalités à payer pour les entreprises exportatrices", a-t-il mentionné.

L'Association des employeurs maritimes estime à 800 000 $ par semaine les coûts du lock-out. Des frais qui risquent de survenir rapidement alors que les conteneurs, remplis de marchandises, demeurent entassés dans le port.

De Farnborough au Royaume-Uni, le ministre du Développement économique du Québec, Clément Gignac, a déploré ces perturbations au Port de Montréal.

"Montréal est le coeur de l'activité économique, donc je ne peux qu'espérer que les parties se rapprochent et qu'un dénouement positif soit trouvé", a indiqué le ministre.

Un médiateur fédéral prendra part à deux rencontres qui doivent avoir lieu jeudi et vendredi entre les représentants de l'Association des employeurs maritimes et les débardeurs du Port de Montréal.

Avec Bloomberg et PC.

 

 

 

 

 


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Investisseurs, méfiez-vous de l'indice S&P500!

Il y a 35 minutes | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est que ce «prestigieux» indice boursier est néfaste aux entreprises qui y figurent, selon une étude.

Il faut sauver le soldat PME

01/08/2020 |

ANALYSE. Nous n'assistons pas à de la «destruction créatrice». Il faut en tenir compte pour ne pas perdre de belles PME.

Bourse: Wall Street termine le mois de juillet au vert

Mis à jour le 31/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Vendredi, Wall Street a été portée par Apple et Facebook, dont les titres ont atteint des records.