La frontière canado-américaine fermée aux déplacements non-essentiels

Publié le 18/03/2020 à 10:04, mis à jour le 18/03/2020 à 11:07

La frontière canado-américaine fermée aux déplacements non-essentiels

Publié le 18/03/2020 à 10:04, mis à jour le 18/03/2020 à 11:07

Une agente frontalière

« Les échanges commerciaux ne seront pas touchés », a ajouté Donald Trump. (Photo: Getty Images)

Le président américain Donald Trump a annoncé mercredi la fermeture temporaire de la frontière entre les États-Unis et le Canada pour tous les déplacements « non-essentiels ».

« Sur la base d’un accord mutuel, nous allons temporairement fermer notre frontière nord avec le Canada pour tous les déplacements non-essentiels », a tweeté le locataire de la Maison-Blanche.

« Les échanges commerciaux ne seront pas touchés », a-t-il ajouté.

Mardi, une source au gouvernement fédéral canadien avait fait savoir à La Presse canadienne que des discussions en ce sens étaient tenues. On s’attendait à ce que seuls les marchandises et les travailleurs essentiels puissent dorénavant passer d’un pays à l’autre.

Fidèle au personnage, Donald Trump n’a pas coordonné sa sortie avec celle du premier ministre canadien dont l’apparition quotidienne devant la presse était attendue à 10 h 30, soit un peu moins d’une heure après le gazouillis du leader américain.

Le premier ministre continue de travailler de sa résidence, contraint à un isolement volontaire depuis que sa conjointe a la COVID-19.

Depuis quelques jours, le gouvernement Trudeau avait de la difficulté à justifier le maintien de l’ouverture de sa frontière aux Américains alors qu’il l’avait fermée pour tous les autres visiteurs étrangers.

Mardi, M. Trudeau s’est défendu d’attendre une permission de Donald Trump, même si le gouvernement canadien affichait visiblement une crainte que les chaînes d’approvisionnement ne soient perturbées par Washington si les portes du Canada étaient fermées aux touristes américains.

La vice-première ministre Chrystia Freeland en était arrivée à en appeler au sens des responsabilités des voisins américains, leur demandant de ne pas venir en visite au Canada.

De nombreux cas dans les États frontaliers 

L’État de Washington, État américain le plus touché par la pandémie de coronavirus, avec près de la moitié des décès recensés sur l’ensemble du territoire — 55 sur 115, selon l’université Johns Hopkins —, est frontalier du Canada.

Les deux grandes villes de Seattle et de Vancouver ne sont distantes que d’un peu plus de 200 kilomètres. 

L’État de New York, le deuxième plus concerné aux États-Unis (16 morts), dans le nord-est, borde lui aussi la frontière canadienne.

Sur le même sujet

Crise des finances publiques? Quelle crise?

30/05/2020 | François Normand

ANALYSE - Quand il y a des crises graves, les gouvernements haussent les impôts. C'est la leçon du 20e siècle.

La pandémie a ralenti la pollution de l'air dans les grandes villes canadiennes

Les capteurs satellites à distance ont enregistré des baisses significatives de la pollution par le dioxyde d’azote.

À la une

Crise des finances publiques? Quelle crise?

30/05/2020 | François Normand

ANALYSE - Quand il y a des crises graves, les gouvernements haussent les impôts. C'est la leçon du 20e siècle.

Il y a toujours des raisons de garder espoir

BLOGUE. La Bourse s'offre un deuxième mois fort rentable grâce aux largesses monétaires.Les indicateurs se contredisent.

Santé publique: une gouvernance de broche à foin

29/05/2020 | Jean-Paul Gagné

BLOGUE. On nous a présenté Horacio Arruda comme étant l’autorité de la Santé publique au Québec. Or, il n'en est rien.