L'industrie se féminise à petite vitesse


Édition du 12 Septembre 2015

L'industrie se féminise à petite vitesse


Édition du 12 Septembre 2015

On pourrait croire que le milieu de l'automobile est un monde marqué du sceau de la masculinité. S'il est vrai que parmi les détaillants, notamment chez les garagistes, le personnel est majoritairement composé d'hommes, la tendance semble vouloir s'inverser dans le monde de la gestion.

À lire aussi :
Les brèves automobiles
Pour la rentrée, des nouveautés pour tous les goûts
BMW i8 : L’incarnation du spectaculaire
«J'ai été l'un des rares proprios de Porsche sans cheveux gris»
Le véhicule électrique rencontre de la résistance

Ainsi, les femmes comptent pour moins de 3 % de la main-d'oeuvre dans les ateliers de mécanique du Québec, mais pour plus de 50 % des employés dans les secteurs de gestion de l'industrie, selon une étude publiée en 2013 par le Comité consultatif Femmes en développement de la main-d'oeuvre.

Ce que l'étude ne montre pas toutefois, c'est le type de postes occupés par des femmes dans ce milieu. Un coup de sonde a permis de constater que, depuis une dizaine d'années, les femmes sont de plus en plus nombreuses à assurer des postes de gestionnaires de haut niveau dans l'industrie automobile, alors qu'avant 2005 elles occupaient essentiellement des postes administratifs.

Ainsi, chez Ford Canada, selon les données disponibles, plus de 34 % des postes de cadre ont été confiés à des femmes, une augmentation de plus 15 % en 10 ans.

Au Canada, cependant, une seule femme, Diane Craig, chez Ford, occupe un poste de présidente. Originaire de Buffalo, diplômée en mathématiques, Diane Craig a passé toute sa carrière chez Ford. Elle a fait ses débuts à un poste en relation avec les concessionnaires et la gestion des incitatifs. Elle a gravi les échelons d'abord comme directrice régionale dans la région de Pittsburgh, ensuite à la gestion du marketing chez Ford à Detroit, puis à la présidence de Ford Canada. Avant elle, aucune autre femme n'avait atteint un tel niveau hiérarchique au Canada. 

Aux États-Unis, les statistiques ne sont guère meilleures : seule Mary Barra, nommée présidente de General Motors en 2013, est alors devenue la première femme à occuper d'aussi hautes fonctions. Une situation que Mary Barra a voulu faire évoluer, notamment en mettant en place des programmes nationaux et locaux d'intégration des femmes, en particulier chez les concessionnaires. Sa vision : «C'est la force du travail qui garantira l'avenir des travailleurs, pas leur sexe. Il faut apprendre à se tenir debout et à s'affirmer. Si quelqu'un n'aime pas ça, eh bien, c'est son choix», a-t-elle expliqué dans une entrevue sur le sujet accordée au magazine américain Refinery 29.

[Photo : Andrew Harrer/Bloomberg]


«C’est la force du travail qui garantira l’avenir des travailleurs, pas leur sexe.» - Mary Barra, présidente de General Motors.

La grande difficulté pour les femmes est d'abord et avant tout le fait d'intégrer le monde de l'automobile. Même si des entreprises comme General Motors ou Ford ont mis sur pied des programmes incitatifs d'embauche pour les femmes, en collaboration avec les grandes universités américaines dans les secteurs de haute technologie et du multimédia, entre autres, la tâche reste ardue dans les services.

Ainsi, selon le Comité sectoriel de main-d'oeuvre (CSMO) des services automobiles, seulement 17 % des postes offerts chez les concessionnaires ou dans le secteur de l'après-marché sont confiés à des femmes, une situation qui n'a pas évolué depuis 2006. À titre comparatif, les femmes occupent en général 48 % des postes dans tous les autres secteurs industriels québécois.

C'est dans cette optique que le Comité sectoriel a reçu l'année dernière une aide financière de Condition féminine Canada pour mettre en place un projet-pilote de mentorat dans trois régions du Québec - Montréal, Québec et Mauricie. Il vise surtout les fonctions de mécanicienne, de carrossière, de commis aux pièces et de conseillère technique afin d'augmenter la participation féminine dans ces secteurs d'activité.

Difficile donc de tracer un portrait détaillé de l'apport féminin dans le monde de la gestion automobile, même si tous s'entendent pour dire que la présence des femmes est en forte progression.

Voici le portrait de cinq femmes évoluant depuis des années dans ce monde et ayant atteint les plus hauts niveaux de leur profession.

À lire aussi :
Les brèves automobiles
Pour la rentrée, des nouveautés pour tous les goûts
BMW i8 : L’incarnation du spectaculaire
«J'ai été l'un des rares proprios de Porsche sans cheveux gris»
Le véhicule électrique rencontre de la résistance

À la une

Ses «erreurs de jeunesse» n’arrêteront pas l’innovation du Web3

LES CLÉS DE LA CRYPTO. Cet Internet 3.0, bâti sur les «chaînes de blocs», charrie quantité de préoccupations.

Verdir le marketing, l’objectif de Masse Critique

Le collectif a pour mission de réduire l’empreinte environnementale des pratiques de vente.

Voici sur quoi miser pour rapatrier au bureau vos employés

RHÉVEIL-MATIN. Une étude de Microsoft recommande d'offrir un lieu qui permet aux employés de connecter entre eux.