Europe: 3,2 milliards d'euros pour développer un «Airbus des batteries»

Publié le 09/12/2019 à 06:55

Europe: 3,2 milliards d'euros pour développer un «Airbus des batteries»

Publié le 09/12/2019 à 06:55

Par AFP

La Commission européenne a autorisé lundi sept États membres, dont l'Allemagne et la France, à apporter une aide publique de 3,2 milliards d'euros (4,7G$CA) pour développer dans l'UE le secteur des batteries électriques, via un consortium de 17 entreprises.

L'investissement des États concernés --Allemagne, France, Italie, Pologne, Belgique, Suède et Finlande-- «devrait permettre de mobiliser 5 milliards d'euros (7,3G$CA) supplémentaires en investissements privés», précise dans un communiqué Bruxelles qui considère ces subventions compatibles avec sa réglementation en matière d'aides d'Etat.

«L'aide autorisée permettra de garantir que ce projet important ira de l'avant sans fausser indûment la concurrence», a souligné la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, citée dans le communiqué.

Ce «projet important d'intérêt européen commun» (PIIEC) comptera 17 participants directs de toute la filière, comme le constructeur automobile BMW ou les chimistes BASF et le belge Solvay, mais aussi des petites et moyennes entreprises (PME), dont certaines sont présentes dans plusieurs États membres.

Ces entreprises collaboreront «étroitement les unes avec les autres et avec plus de 70 partenaires externes, comme des PME et des organismes publics de recherche de toute l'Europe», selon le communiqué.

Elles ont pour objectif de développer les batteries Li-ion «qui ont une plus longue durée de vie», «se rechargent plus vite» et «sont plus sûres et plus respectueuses de l'environnement que les batteries actuellement sur le marché».

L'Allemagne est autorisée par la Commission à investir jusqu'à 1,25 milliard d'euros. Viennent ensuite la France (960 millions), l'Italie (570 millions), la Pologne (240 millions), la Belgique (80 millions), la Suède (50 millions) et la Finlande (30 millions).

«Une part importante des bénéfices supplémentaires réalisés par les participants sera partagée avec les contribuables grâce à un mécanisme de récupération», indique la Commission.

Cela signifie que si les projets «dégagent des revenus nets supplémentaires dépassant les projections, les entreprises restitueront aux États membres respectifs une partie de l'argent perçu auprès des contribuables».

«Toute la chaîne de valeur de la filière des batteries pourra se déployer sur le sol européen, permettant ainsi de maintenir une production industrielle solide en Europe», s'est félicité le ministère français de l'Economie dans un communiqué.

«L'émergence de la filière européenne de batteries contribuera à la réalisation de l'objectif fixé par l'Union européenne de devenir le premier continent neutre en carbone d’ici à 2050», a-t-il ajouté.

La lutte contre le réchauffement climatique fait partie des priorités de la Commission, qui doit présenter mercredi ses premières mesures en la matière.


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Dyson promet une voiture électrique tout-terrain pour 2021

09/05/2019 | AFP

L'industriel plaide pour que une interdiction des moteurs thermiques en 2030, au lieu de 2040, au Royaume-Uni.

Ottawa aide Chrysler et Honda, mais pas les fabricants québécois

23/04/2019 | Alain McKenna

BLOGUE. L’aide fédérale à l’achat d’une auto électrique s’arrête là où l’industrie québécoise débute.

À la une

Zoom sur le monde, nouveau rendez-vous dans Les Affaires

Retrouvez votre rendez-vous géopolitique du samedi matin dans le journal papier:

Pris au piège? La nouvelle formule de Les Affaires

BALADO. Marine Thomas et Charles Desgroseilliers reviennent sur les décisions qui ont mené à cette nouvelle formule.

Nouvelle année, nouvelle formule

Édition du 22 Janvier 2020 | Marine Thomas

BILLET. Nous commençons 2020 sous le signe de la nouveauté, puisque le journal sort désormais 14 fois par année.