Du nord au sud, les entreprises sont à l'affût


Édition du 30 Mai 2015

Du nord au sud, les entreprises sont à l'affût


Édition du 30 Mai 2015

[Photo: Bloomberg]

À l'approche du dévoilement du plan d'électrification des transports du gouvernement du Québec, toutes les forces de la province se mobilisent pour faire valoir leurs atouts.

À lire aussi:
Bonne nouvelle pour les utilisateurs de bornes de recharge électrique
Le transport en commun devient branché

Rappelons que l'ancienne première ministre Pauline Marois avait décidé d'en faire un fer de lance du développement économique du Québec et de soutenir l'organisation de la filière par l'injection de plus de 500 millions de dollars, par l'intermédiaire de sa Stratégie d'électrification des transports. Ce chantier prévoyait l'installation d'un institut spécialisé dont plusieurs villes se disputaient déjà l'emplacement.

Après une période de flou à la suite du changement de garde, le gouvernement Couillard s'apprêterait à annoncer un nouveau plan qui serait cependant assorti d'investissements moins coûteux. L'institut pourrait ne pas voir le jour et faire plutôt place à un technopôle.

En attendant d'en savoir plus, plusieurs villes sont prêtes à bondir pour être les premières à montrer leur intérêt. Le Québec compte des compétences qui gagneraient à être soutenues pour que «l'économie verte», comme l'a appelée Robert Poëti, le ministre des Transports, lors de la présentation du bus électrique de Nova Bus à la mi-mai, prenne plus d'ampleur. Le marché s'étend bien au-delà des frontières du Québec : dans toute l'Amérique du Nord en effet, l'énergie verte et les véhicules électriques sont vus comme l'avenir. Parmi les premiers bus scolaires tout électriques d'Autobus Lion, certains iront rouler en Californie.

Un créneau naturel pour les Laurentides

Tant au nord qu'au sud du fleuve, «nous avons des atouts diversifiés», souligne Vincent Dugré, vice-président, opérations, du Pôle d'excellence québécois en transport terrestre. La région des Basses-Laurentides (Saint-Jérôme, Blainville, Sainte-Thérèse, Saint-Eustache, etc.) et la Montérégie (Varennes et l'agglomération de Longueuil principalement) constituent, pour des raisons différentes, les principaux pôles de compétences. L'Estrie et la région de Québec comptent également plusieurs entreprises dans le domaine.

Au nord, l'électrification des transports est considérée comme une voie naturelle de développement. «L'ancienne usine d'assemblage de General Motors à Boisbriand a généré un réseau d'entreprises dans le secteur du transport», rappelle Ramez Ayoub, président sortant de la Conférence régionale des élus des Laurentides. Il précise que les entreprises du secteur de la fabrication de matériel de transport terrestre employaient 3 500 personnes en 2013 et affichaient un chiffre d'affaires de 2 milliards de dollars dans la région.

Si un institut spécialisé agissant comme un catalyseur voyait le jour, le chiffre d'affaires et le nombre d'emplois pourraient doubler dans les cinq prochaines années, selon les prévisions présentées par Ramez Ayoub.

Blainville s'était portée candidate pour accueillir l'institut. Elle a un atout de poids : c'est sur son territoire qu'est installé le seul centre d'essai et de recherche automobile du Canada. Ailleurs dans la région, les entreprises engagées dans l'électrification des transports sont nombreuses, comme Nova Bus, à Saint-Eustache, Autobus Lion, à Saint-Jérôme, et Paccar, à Sainte-Thérèse, spécialisée dans la construction de camions industriels hybrides, ainsi que Doppelmayr, qui fabrique des télécabines à Saint-Jérôme.

À lire aussi:
Bonne nouvelle pour les utilisateurs de bornes de recharge électrique
Le transport en commun devient branché

À la une

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.