Davie obtient du gouvernement fédéral un contrat de près de 7,2M$

Publié le 30/04/2019 à 16:43

Davie obtient du gouvernement fédéral un contrat de près de 7,2M$

Publié le 30/04/2019 à 16:43

Par La Presse Canadienne

(Photo: Davie)

Le chantier maritime québécois Davie obtient du gouvernement fédéral un contrat de près de 7,2 millions $ pour la remise en état du plus gros brise-glace de la Garde côtière canadienne.

Le contrat pour le « radoub » et la mise en cale sèche du « Louis S. St-Laurent » est le plus récent attribué au chantier naval de Lévis, qui souffrait cruellement d’une pénurie de commandes dans son carnet. On ignore pour l’instant combien d’emplois seront créés au chantier Davie, qui a été contraint de mettre à pied des centaines de travailleurs au cours des dernières années. Le contrat annoncé mardi est attribué sans appel d’offres.

Davie loue actuellement à la Marine un porte-conteneurs civil converti en navire de ravitaillement provisoire, l’« Astérix ». Le chantier québécois a fait pression sur le gouvernement afin qu’il loue un deuxième navire de ce type, pour environ 500 millions $, mais Ottawa a déclaré que la Marine n’avait pas besoin d’un autre navire de ravitaillement provisoire. Le gouvernement a plutôt confié à Davie des contrats de maintenance et de remise en état de navires existants de la Garde côtière et de la Marine.

Le chantier de Lévis souhaite également être un joueur dans la Stratégie nationale de construction navale du gouvernement fédéral. Dans le cadre de ce projet à long terme de plusieurs milliards de dollars, Ottawa a attribué jusqu’ici les contrats de construction de dizaines de nouveaux navires à des chantiers concurrents, à Halifax et à Vancouver.

Le gouvernement achète toutefois trois brise-glace d’occasion à Davie, que le chantier naval a commencé à convertir pour la Garde côtière et qui resteront probablement en service au cours des 15 à 20 prochaines années.

« Le radoub du NGCC “Louis S. St-Laurent” est une partie importante de l’entretien planifié de la flotte de brise-glaces de la Garde côtière, a indiqué mardi dans un communiqué le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Jonathan Wilkinson. L’entretien régulier permet à notre plus gros navire d’être prêt à fournir des services essentiels de déglaçage aux Canadiens, surtout dans l’Arctique, où les escortes maritimes sont indispensables au ravitaillement des collectivités nordiques. »

De récentes notes internes obtenues par La Presse canadienne en vertu de la Loi sur l’accès à l’information indiquent que Davie est le seul chantier naval assez grand pour accueillir en cale sèche le gros brise-glace « Louis S. St-Laurent », âgé de 53 ans. Lancé pour la première fois en 1966, ce navire devait être mis hors service en 2000, mais il a depuis subi plusieurs séries de mises à niveau et de modifications afin de le maintenir à flot.

Les chantiers navals Seaspan, de Vancouver, doivent construire le remplaçant du « Louis S. St-Laurent », le « John Diefenbaker », mais le projet a connu de nombreux retards et la date de livraison est repoussée.

 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 11 février

À la une

10 choses à savoir lundi

Il y a 34 minutes | Alain McKenna

La puce secrète du iPhone 11, les Québécois ne comprennent pas l'IA, où vont vraiment les sacs biodégradables?

Boostez votre productivité grâce à ces 3 trucs d'Elon Musk!

BLOGUE. Le PDG de SpaceX et Tesla a concocté des astuces spéciales pour être hyper efficace au travail.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

06:50 | LesAffaires.com et AFP

«L'incertitude est de retour sur les marchés.»