Alstom effacera le nom Bombardier Transport

Publié le 29/01/2021 à 13:05

Alstom effacera le nom Bombardier Transport

Publié le 29/01/2021 à 13:05

Par La Presse Canadienne
Un train à grande vitesse conçu par Bombardier Transport

Un train à grande vitesse conçu par Bombardier Transport (Photo: courtoisie)

Bombardier obtiendra encore moins d'argent en laissant aller sa division ferroviaire entre les mains d'Alstom, qui effacera le nom de sa nouvelle propriété - une décision, assure le géant français, qui n'a rien à voir avec ses intentions à l'égard de ses usines au Québec et en Ontario. 

La multinationale, qui s'est hissée vendredi au deuxième rang dans le secteur du matériel roulant à l'échelle mondiale en bouclant la transaction, est claire: tous doivent se ranger derrière la marque Alstom. 

«Bombardier est une très belle marque, mais la société continue d'exister dans l'aviation et je ne peux pas proposer deux trains lorsqu'il y a un appel d'offres», a expliqué le président-directeur général d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, au cours d'une entrevue avec La Presse Canadienne où il a réitéré l'intention de respecter les engagements de la société au Québec. 

Contrairement au secteur automobile, où plusieurs marques appartenant au même constructeur peuvent coexister, la situation est loin d'être la même dans le matériel ferroviaire, a-t-il ajouté.

La prise de contrôle de Bombardier Transport permettra à Alstom de générer des revenus annuels estimés à 19 milliards $US, ce qui demeure toutefois loin du chiffre d'affaires de quelque 32 milliards $US du géant chinois CRRC - le numéro un dans l'industrie.

 

En baisse

Bombardier, dont les activités sont désormais axées exclusivement sur les jets d'affaires, obtiendra finalement 3,6 milliards $US - ce qui tient compte d'une somme estimée à 600 millions $US en actions d'Alstom. En septembre, l'entreprise s'attendait à toucher 4 milliards $US et entre 4,2 milliards $US et 4,5 milliards $US il y a environ un an.

À la Bourse de Toronto, vendredi avant-midi, l'action de Bombardier retraitait de trois cents, ou 4,3%, pour se négocier à 67 cents.

L'écart a été attribué à des flux de trésorerie moins élevés au quatrième trimestre chez Bombardier Transport ainsi qu'à des conditions de marchés qualifiées de défavorables par la compagnie québécoise.

«Ces ajustements sont habituels dans ce type de transaction, a dit M. Poupart-Lafarge. L'année a été difficile pour tout le monde à cause de la pandémie de COVID-19. Ce n'est pas une surprise qu'il y ait des ajustements.»

Bombardier, qui utilisera le produit de la transaction pour réduire sa dette à long terme estimée à plus de 10 milliards $US, a l'intention de contester certains ajustements de la transaction avec Alstom. Elle pourrait ainsi aller chercher davantage d'argent.

 

Toujours dans les plans

Outre l'implantation de son siège social nord-américain à Montréal - qui sera dirigé par un cadre d'Alstom actuellement à New York - l'entreprise française s'est dit bien consciente que plusieurs attendent de voir comment elle pourra amener du travail à l'usine de La Pocatière, dans le Bas-Saint-Laurent, qui est en panne de contrats. Des inquiétudes similaires ont été exprimées à Thunder Bay, en Ontario.

«Le marché local du Québec est porteur, a dit le patron d'Alstom, en évoquant notamment le projet de tramway à Québec. Chaque site dépend de sa capacité à avoir des contrats. Il y a des projets en cours.»

Au pays, Bombardier Transport exploite six sites d'assemblage et d'ingénierie.

Invité à dire si l'usine de La Pocatière pourrait participer au contrat du Réseau express métropolitain (REM), dont les voitures sont construites en Inde, M. Poupart-Lafarge a répondu qu'il était «un peu tard» pour cette partie du contrat.

En revanche, a-t-il ajouté, pour les phases subséquentes du projet, Alstom aura à sa disposition «un outil qu'elle n'avait pas» dans le passé.

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), qui détenait environ le tiers de Bombardier Transport, recevra 2,5 milliards $US. Le bas de laine des Québécois injectera cette somme dans Alstom et ajoutera 700 millions d'euros pour devenir son plus important actionnaire avec une participation d'environ 17,5%.

Sur le même sujet

Alstom: trois ans pour digérer Bombardier

05/07/2021 | AFP

« L’intégration de Bombardier se passe extrêmement bien », s’est félicité le PDG.

Titres en action: George Weston, Arcelor Mittal, Mitsubishi, Nissan, Alstom

Mis à jour le 11/05/2021 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

OPINION Titres en action: Boeing, Bombardier, Teck Resources, Credit Suisse...
Mis à jour le 29/03/2021 | AFP et La Presse Canadienne
Transport en commun: Alstom veut du contenu local
Mis à jour le 08/03/2021 | La Presse Canadienne
Bombardier conclut la vente de sa division Transport à Alstom
Mis à jour le 29/01/2021 | AFP et La Presse Canadienne

À la une

Appel aux candidatures: Chapeau les PDG!

20/07/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires souhaite souligner le travail inspirant de PDG en cette période pleine d'incertitudes.

Julien Depelteau, le résilient: contourner les nombreuses tuiles

Édition du 25 Novembre 2020 | François Normand

CHAPEAU LES PDG! Le patron de Flexpipe a su rebondir malgré toutes les tuiles qui lui sont tombées sur la tête.

Mélanie ­Paul, l'audacieuse: déployer son «Plan ­Sud»

Édition du 25 Novembre 2020 | François Normand

CHAPEAU LES PDG! L'entrepreneure innue a rebrassé ses cartes pour accélérer sa diversification.