Navires de soutien: Ottawa aurait économisé 2,6 G$ avec la Davie, selon le DPB

Publié le 17/11/2020 à 11:46

Navires de soutien: Ottawa aurait économisé 2,6 G$ avec la Davie, selon le DPB

Publié le 17/11/2020 à 11:46

Par La Presse Canadienne

(Photo: Adrian Wyld pour La Presse canadienne)

Le gouvernement fédéral aurait économisé un peu plus de 2,6 milliards $ en faisant l’acquisition des deux navires ravitaillés du Chantier Davie plutôt qu’en construisant deux nouveaux navires dans le cadre de son projet de navire de soutien interarmées (NSI).

C’est la conclusion à laquelle arrive le directeur parlementaire du budget (DPB), Yves Giroux, dans son plus récent rapport dévoilé mardi. 

Le DPB calcule que si le gouvernement fédéral décidait d’acheter le navire de ravitaillement militaire «Astérix», déjà livré par le Chantier Davie, il coûterait 633 millions $ à l’expiration du contrat en 2022-2023. Un deuxième navire, «Obélix», est en cours de ravitaillement. Le DPB estime qu’il en coûterait 797 millions $ pour l’acquérir dès la livraison, en 2023-2024.

Les deux navires reconvertis de la Davie coûteraient donc 1,43 milliard $.

En comparaison, il est estimé que les deux nouveaux navires du projet de NSI construits dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale coûteront pas moins de 4,053 milliards $.

M. Giroux note qu’il aurait été «beaucoup moins dispendieux» que le gouvernement fédéral décide d’acheter l’«Astérix» et l’«Obélix» plutôt que de construire de nouveaux navires de soutien. Il ajoute cependant que son analyse ne tient pas compte des différences de capacités opérationnelles. 

 


image

Service à la clientèle

Mercredi 25 novembre


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

À la une

Retraite: plus de transparence demandée par des gestionnaires de fonds

Huit fonds exhortent les entreprises à divulguer des données environnementales, sociales et de gouvernance complètes.

Slack dans le viseur de la société américaine Salesforce

13:33 | AFP

L’action de Slack, entrée à Wall Street en juin 2019, a pris jusqu’à 32 % après la publication de cette information.

Joe Biden pourrait renoncer à hausser l’impôt des entreprises

En campagne électorale, Joe Biden a promis de faire passer le taux d’imposition des sociétés américaines de 21% à 28%.