Traçage des passagers: Ottawa discute avec les transporteurs aériens

Publié le 06/08/2020 à 09:26

Traçage des passagers: Ottawa discute avec les transporteurs aériens

Publié le 06/08/2020 à 09:26

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Les autorités fédérales tentent de déterminer quelles informations les transporteurs aériens devraient demander aux voyageurs — et la manière dont ces données devraient être transmises aux responsables de la santé publique — pour retracer les passagers d’un vol où se trouvait une personne déclarée ensuite positive à la COVID-19.

Le gouvernement fédéral et les transporteurs aériens ne semblent pas s’entendre sur les informations qui devraient être demandées aux passagers. Les numéros de téléphone et les adresses de courriel sont-ils suffisants? Les adresses résidentielles devraient-elles également faire partie des données communiquées?

Un responsable du gouvernement fédéral a déclaré mercredi à La Presse canadienne que le problème portait sur les informations colligées pour les vols intérieurs, l’un des obstacles étant de trouver un accord entre toutes les parties concernées. Ce responsable n’était pas autorisé à s’adresser aux médias officiellement parce que les démarches sont menées par l’Agence de la santé publique du Canada.

L’agence fédérale de la santé oblige déjà les compagnies aériennes à fournir des renseignements au sujet des voyageurs arrivant à bord de vols internationaux, qui sont soumis à de strictes règles de quarantaine.

Les responsables de la santé publique ont tenté de retracer les contacts de chaque personne infectée au début de la pandémie, mais ces efforts ont ralenti, car les citoyens ont reçu l’ordre de rester chez eux ou de se mettre en quarantaine — et parce que les voyages ont diminué.

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la docteure Theresa Tam, a déclaré mardi que la qualité des données fournies par les compagnies aériennes pourrait être améliorée, notant que toutes sortes de détails ne sont pas indiqués sur les manifestes de vol, ce qui rend difficile de joindre certains passagers. Elle a aussi indiqué qu’il n’y avait pas eu de cas confirmés de transmission en vol. L’agence fédérale de la santé qu’elle dirige a renvoyé d’autres questions à Transports Canada.

Les transporteurs aériens doivent enregistrer les noms de toutes les personnes à bord d’un appareil avant chaque vol, mais il n’y a aucune obligation fédérale de soumettre des manifestes de passagers à Transports Canada, a déclaré Livia Belcea, une porte−parole du ministre des Transports, Marc Garneau. Mme Belcea a renvoyé d’autres questions à l’agence fédérale de la santé, affirmant qu’elle était chargée de faciliter le partage d’informations entre les compagnies aériennes et les autorités de santé publique provinciales.

La porte−parole néo−démocrate en matière de transports, Niki Ashton, estime que le gouvernement fédéral devrait adopter une attitude plus dure envers les transporteurs, afin qu’ils fournissent les renseignements nécessaires au traçage des contacts. « Ce ne devrait pas être à eux de choisir comment ils le font, a-t-elle déclaré. Ce devrait être le gouvernement fédéral, qui les a mandatées. »

Mike McNaney, président du Conseil national des lignes aériennes du Canada, a déclaré par écrit que les informations de vol sont fournies sur demande, « conformément aux procédures établies pour les maladies transmissibles » et généralement en moins de 24 heures. « Nos membres sont pleinement engagés à protéger la sécurité publique », indique-t-il.

Inquiétudes en Colombie-Britannique

Le ministre des Transports de la Colombie-Britannique a officiellement demandé mercredi à son homologue fédéral que les compagnies aériennes fournissent rapidement plus de détails sur les voyageurs, afin de faciliter les efforts de traçage des contacts, qui pourraient aider à ralentir la propagation du coronavirus. Les préoccupations à ce sujet ont été plus nombreuses en Colombie-Britannique, où le responsable de la santé publique provincial a déploré le manque de vigueur des fonctionnaires fédéraux.

Dans une lettre adressée au ministre Garneau, le gouvernement britanno-colombien a fait remarquer que les informations que la province reçoit des compagnies aériennes « ne sont pas nécessairement complètes et sont parfois inutilisables ».

Selon la ministre provinciale des Transports, Claire Trevena, on donne souvent le nom des agences de voyages qui avaient réservé des vols, un numéro de voyageur fréquent ou la personne qui a réservé le billet, mais pas nécessairement le nom et les coordonnées de la personne qui était assise dans l’avion. Elle a exhorté Ottawa à « s’assurer que les données colligées soient utilisables et remontent directement au voyageur », plutôt que de simplement répertorier les vols avec un cas de COVID-19.

« Nous sommes arrivés jusqu’ici, ensemble en tant que pays, avec beaucoup de succès, à freiner la propagation de la COVID-19 », lit-on dans la lettre, dont une copie a été fournie à La Presse canadienne. « Alors que nous redémarrons notre économie, nous voulons nous assurer que tous les passagers et les communautés restent en sécurité et que personne ne soit mis en danger en raison d’un oubli », plaide la ministre Trevena.

 

À la une

Trump pourrait augmenter les impôts dans un second mandat

24/09/2020 | François Normand

Le déficit des États-Unis triplera en 2020 à 3 300 milliards de dollars, selon les services du budget du Congrès (CBO).

Les prix des maisons pourraient baisser de 7% en 2021

L'indice des prix des maisons pour 2021 prévoit également une baisse de prix de 6,7 % pour les maisons unifamiliales.

Québec invite la population à minimiser les contacts sociaux

« Pour casser la vague, il faut faire un effort pour minimiser vos contacts sociaux dans les prochains jours…»