M ta région, l'application qui permet de découvrir le Québec au rabais

Publié le 09/08/2019 à 07:20

M ta région, l'application qui permet de découvrir le Québec au rabais

Publié le 09/08/2019 à 07:20

Par Pascal Forget
Un homme sourit.

Mathieu Cloutier, le fondateur de l'entreprise (Photo: courtoisie)

M ta région est une application québécoise dans le top 50 de l’App Store canadien. Elle propose à ses utilisateurs des rabais d’au moins 25% sur des expériences récréo-touristiques variées, pour les encourager à découvrir de nouvelles expériences près d’eux.

On y trouve des restaurants, des spectacles, des boutiques d’artisanat et des producteurs locaux, mais pas de grandes franchises ou des chaînes génériques, qui ne font pas partie du concept.

Le financement de l’entreprise se fait principalement par les abonnements nécessaires pour profiter des offres, qui coûtent 60$ par année. Comme M ta région couvre tout le Québec, il n’est pas nécessaire de passer par plusieurs applications régionales.

La plateforme a un peu plus de 1000 partenaires, qui paient un montant de 500 à 1000$ pour s'inscrire. Il n’y a pas de commission ni de frais d’utilisation par la suite.

Pour Mathieu Cloutier, le fondateur et PDG, l’avantage d’M ta région par rapport à d’autres formes de marketing est que le rendement sur l’investissement est lié à l’utilisation. «On investit dans un consommateur, pas dans une plateforme comme Facebook. Le jour où ça coûte quelque chose aux partenaires - le montant du rabais offert - on leur rapporte de l’argent.»

La formule permet de proposer des expériences plus exclusives. «Ce n’est pas toujours les mêmes entreprises qui paient pour de la publicité qu’on voit sur notre plateforme. Nous préférons avoir moins de partenaires, mais avoir les meilleurs», affirme le PDG.

Nouvelle plateforme

L’application a été mise en ligne en novembre 2015, après une année de travail en amont. Mais dès l’automne, une nouvelle version sera déployée. «L’application actuelle est un test en grandeur nature. On prépare un nouveau visage, après un peu plus de 3 ans d’apprentissage.»

L’accent sera mis sur les adresses locales plutôt que les régions. Un rebranding va représenter cette nouvelle réalité.

Sur la nouvelle plateforme, les utilisateurs pourront évaluer les partenaires. Ceux qui ne maintiennent pas une note suffisante seront retirés. La nécessité d’être abonné et d’avoir vécu l’expérience élimine le problème des fausses critiques qu’on retrouve sur les autres plateformes comme TripAdvisor, où n’importe qui peut créer un compte.

Les partenaires y seront aussi responsables des photos et des textes.

«Il y a 20 ans, il suffisait d’être bien situé et d’offrir une belle expérience pour avoir une clientèle. Aujourd’hui, il faut aussi être visible sur le web. Mais ça prend du temps et des moyens. Mettre son menu sur Facebook ne suffit plus», affirme M. Cloutier.

L’entreprise développe à 100% son application, qui vise un niveau similaire à celles d’Uber et d’AirBnB. «Mais sans les effets négatifs collatéraux. Personne ne peut se plaindre qu’on leur nuit!» précise le fondateur. Le succès local pourrait selon lui se répliquer à l’international.

M ta région compte 50 000 membres. D’ici à 2021, l’entreprise vise à dépasser le cap des 100 000 membres actifs qui feront 10 utilisations par année, et avoir 2000 partenaires.

La PME est installée à l’incubateur MT Lab à Montréal, et emploie 7 personnes. Son chiffre d’affaires a doublé chaque année depuis sa création, pour atteindre 1,4 million en 2018.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

À surveiller: Stella-Jones, Exxon et Cree

Que faire avec les titres de Stella-Jones, Exxon et Cree? Voici quelques recommandations d’analystes .

La limite du tout-faire-soi-même

Mieux vaut parfois s'en remettre, pour un temps du moins, aux lumières d'un professionnel.

10 choses à savoir mercredi

Après les fausses nouvelles, les faux livres, les mégots, enjeu de la décennie, vendez vos déchets de plastique!