Le tourisme spirituel, un marché en pleine ascension

Publié le 23/01/2010 à 00:00

Le tourisme spirituel, un marché en pleine ascension

Publié le 23/01/2010 à 00:00

Par Dominique Froment

Le tourisme à vocation culturelle et écologique est populaire, cependant, le tourisme spirituel reste méconnu. Ce créneau est appelé à connaître une croissance soutenue au cours des prochaines années, affirment les experts.

" La remise en question des grandes religions, les valeurs traditionnelles en déroute, le matérialisme et le rythme de vie effréné poussent les gens à chercher de nouveaux repères ", explique Michèle Laliberté, analyste au Réseau de veille en tourisme de la Chaire de tourisme Transat ESG UQAM.

Le tourisme spirituel va au-delà de la religion : séjour dans un monastère au Tibet, visite d'un temple bouddhiste, voyage à Jérusalem ou à La Mecque, communion avec la nature, traversée du désert, pèlerinage des 88 temples au Japon, apprentissage de techniques artisanales locales, etc.

Le Québec a son propre Compostelle : le chemin des Sanctuaires, qui part de l'Oratoire Saint-Joseph, à Montréal jusqu'à la Basilique Sainte-Anne-de-Beaupré, en passant par le sanctuaire Mère d'Youville, à Varennes, et celui de Notre-Dame-du-Cap, à Cap-de-la-Madeleine. Selon Mme Laliberté, le Québec compte aussi plusieurs ashrams (retraites bouddhistes dans la nature), encore peu connus.Spiritours, une agence de voyages spécialisée de Montréal, offre entre autres un forfait de marche contemplative dans Charlevoix.

Le safari au Kenya qu'elle propose est différent de celui des autres agences. " Nous entrons en contact avec la communauté religieuse des Focolari, nous visitons des écoles et nous leur apportons des livres, dit Anne Godbout, directrice générale de Spiritours. Nos clients recherchent une expérience différente de celles qu'ils ont connues auparavant. "

Le marché du tourisme religieux est de 18 milliards de dollars américains par année, indique la World Religious Travel Association. Par contre, il est plus difficile de quantifier celui du tourisme spirituel.

À la une

Commerce en Asie: ne misons pas tout sur la Chine

ANALYSE - Exporter, c’est un peu comme investir à la Bourse : il ne faut pas tout mettre ses œufs dans le même panier.

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...