Club Med n'est pas un gage de succès au Québec

Publié le 02/11/2017 à 11:40

Club Med n'est pas un gage de succès au Québec

Publié le 02/11/2017 à 11:40

Malgré l’engouement que la nouvelle suscite, l’arrivée de la multinationale Club Med au Massif de Charlevoix n’est pas une garantie de succès.

Parlez-en au Fonds de solidarité la FTQ qui se souvient sans doute encore de sa courte aventure avec Club Med World, lequel était censé révolutionner l’industrie du divertissement à Montréal.

Pour mémoire, le Fonds avait investi 22,7 M$, en 2001 dans l'acquisition et la transformation de ses locaux (47 500 pi2) de la rue Sainte-Catherine, à l’angle de la rue Mansfield, au cœur du centre-ville de Montréal.

Les plus vieux se souviendront que Club Med avait alors pris place dans les locaux majestueux du défunt cinéma Lowes. Ce sont ces mêmes locaux qui abritent aujourd’hui la boutique Lolë et le chic centre de conditionnement physique Mansfield Club Athlétique.

Mais malgré toutes ses promesses, les efforts de diversification de la société française n’auront jamais réussi à lever. Au terme de sa première année d’exploitation en 2002, le Club Med World Montréal avait dû essuyer des pertes d'exploitation de plus de 8 M$ (ou 5,1 M d'euros).

Et malgré ses efforts de relance, la direction montréalaise n’avait pas réussi à convaincre la nouvelle direction du groupe de voyage français, alors confiée à Henri Giscard d'Estaing, de lui accorder le sursis espéré. «Le problème de rentabilité» de Club Med World Montréal, fut finalement résolu par sa fermeture complète dès mars 2003, moins de 18 mois après son inauguration.

Parfum de fin du monde

Dans les semaines qui précédaient ce verdict final, Les Affaires s’était penché sur la situation. Voici comment le journaliste décrivait les lieux :

« (…) quinze mois après son ouverture, les murs de ce complexe multifonctionnel (…) continuent de dégager des parfums de fin du monde. La marchandise de la boutique est en liquidation, la clientèle continue de manquer désespérément à l'appel et les employés avouent maintenant, sans retenue, craindre pour sa fermeture.

"Les mois de novembre et décembre ont été excellents, surtout en raison des parties de Noël, confiait la semaine dernière une employée. Mais le mois de janvier a été très difficile et je suis surprise de constater que nous sommes aujourd'hui (en février) toujours ouverts." (…)»

Ce faible achalandage avait de quoi surprendre. Situé en plein centre-ville, le Club Med World était à distance de marche de quelque 7 000 bureaux, 3 000 commerces et deux universités (McGill et Concordia), lesquels attiraient à l’époque pas moins de 250 000 travailleurs et 60 000 étudiants tous les jours.

Un autre sort pour Charlevoix?

Le même sort risque-t-il de se produire au Massif de Charlevoix, cette montagne que ses promoteurs tentent de rentabiliser apparemment difficilement depuis des plus d’une décennie? Seul le temps le dira.

Une chose est sûre, les gouvernements semblent prêts à donner une deuxième chance à Club Med, devenue propriété chinoise depuis. Une conférence ce jeudi après-midi à Québec viendra le confirmer. Selon La Presse+, les gouvernements de Québec et d’Ottawa se seraient engagés à accorder une contribution remboursable de 36M$ au projet. Investissement Québec investirait pour sa part 2M$.

La différence de 82M$ serait assumée par des intérêts privés. Le Club Med investirait par exemple 14M$. La Banque Nationale et Desjardins injecteraient aussi 25M$ chacun. Mais de tous les partenaires du projet annoncés : aucune trace cette fois du Fonds de solidarité FTQ

***Le Club Med avait fait une opération charme à Montréal l'hiver dernier par l'intermédiaire d'un village éphémère. Voici un aperçu vidéo.***

À la une

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.

Bourse: les gagnants et les perdants du 12 avril

Mis à jour le 12/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.