2018, une année record pour le tourisme au Canada

Publié le 21/02/2019 à 13:25, mis à jour le 21/02/2019 à 16:14

2018, une année record pour le tourisme au Canada

Publié le 21/02/2019 à 13:25, mis à jour le 21/02/2019 à 16:14

Par La Presse Canadienne
Une femme devant un écran qui affiche les départs

(Photo:123RF)

Le Canada n’a jamais accueilli autant de touristes internationaux qu’en 2018, alors que 21,1 millions de personnes ont visité le pays. Un record attribuable en majorité aux touristes américains, mais aussi à une constante hausse du nombre de voyageurs en provenance d’Asie.


Parmi ces visiteurs, plus de 3,2 millions sont d’abord passés par le Québec, d’après les données de Statistique Canada.


Pour la première fois depuis 2015, la croissance du nombre de touristes américains a dépassé celle des arrivées en provenance d’autres pays.


Au cours de l’année dernière, 14,4 millions de touristes américains ont franchi la frontière canadienne, contre 6,7 millions de visiteurs partis d’autres régions de la planète. La part de la clientèle autre qu’américaine continue de prendre de l’ampleur, alors que près d’un touriste sur trois provient d’ailleurs que du pays voisin.


Tout type de voyageurs confondus (incluant diplomates, militaires, membres d’équipage, anciens résidants, etc.), le nombre d’arrivées d’outre-mer (ailleurs qu’aux États-Unis) a atteint un record de 6,9 millions. Les plus fortes augmentations proviennent d’Amérique du Sud et d’Asie, alors que les arrivées européennes sont en baisse.


En 2018, 2,9 millions de résidants européens ont foulé le sol canadien contre 2,4 millions de résidants asiatiques.


La levée partielle des exigences de visas imposées aux citoyens brésiliens a entraîné une forte hausse des arrivées en provenance de cet État d’Amérique du Sud.


La clientèle touristique en provenance d’Asie est principalement attribuable à la Chine. Avec 757 000 voyageurs, la Chine arrive au deuxième rang derrière le Royaume-Uni dont 814 000 ressortissants ont visité le Canada. La France occupe le troisième rang avec 611 000 voyageurs, une hausse de cinq pour cent en 2018.


Montréal vise la Chine, le Mexique et la France


Tourisme Montréal confirme que ces données sont assez fidèles à la réalité observée dans la métropole québécoise, à une exception près. Si le Canada perd de l’attrait pour les visiteurs européens, les Français demeurent fortement attachés à Montréal.


Selon Andrée-Anne Pelletier, gestionnaire aux relations publiques de Tourisme Montréal, un effort particulier a été déployé pour plaire à la clientèle chinoise. Une formation appelée « Bonjour Chine » est notamment offerte aux divers lieux d’accueil pour bien recevoir leurs hôtes.


Le site web de l’organisme montréalais se décline aussi en des versions adressées aux Chinois et aux Mexicains dans leur langue respective. Le Mexique représenterait une clientèle en croissance particulièrement attirée par la saison hivernale et les pentes de ski.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

Sur le même sujet

Un chercheur canadien a mis au point un revêtement pour un dégivrage facile

«Le liquide antigel nécessaire pour retirer la glace d'une aile d'avion est extrêmement néfaste pour l'environnement.»

L'immobilisation du 737 MAX coûtera 1G$, dit Boeing

24/04/2019 | AFP

Cette somme couvre une hausse anticipée des coûts de production du 737 MAX et notamment des modifications en cours.

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

10:00 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour à 10:53 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.