Que font les Québécois sur le Web ?

Publié le 08/04/2010 à 10:31

Que font les Québécois sur le Web ?

Publié le 08/04/2010 à 10:31

Par Olivier Schmouker

Ils aiment surtout regarder des vidéos en ligne. Photo : Bloomberg.

2009 aura été une année marquante pour le Web au Québec, car nombre de ceux qui étaient jusque-là des internautes se sont transformés en «mobinautes».

«Mobinautes»? Il s’agit de ceux qui utilisent le Web mobile (cellulaires intelligents, etc.) plus souvent que le fixe (PC, etc.). Certes, ceux-ci ne sont encore qu’une minorité, estimée à 13% par une étude menée par Léger Marketing pour le compte du Cefrio, mais une minorité qui va en grandissant, puisqu’ils représentaient 8% des Québécois un an auparavant . De plus, ce sont des accros du Web : 38% se connectent plusieurs fois par jour.

De manière générale, 73% des Québécois naviguent sur le Web au moins une fois par semaine, et 85% des foyers connectés ont opté pour la haute vitesse.

Le Web 2.0 n’intéresse pas les Québécois

Que font les Québécois sur Internet? Le courriel demeure leur activité principale, puisqu’il est utilisé par 66% des adultes québécois. Le clavardage ("chat") gagne en popularité : 36% discutant à l’occasion en direct sur Internet en mode texte ou vidéo.

Sans surprise, les réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, MySpace, etc.) séduisent de plus en plus, au point d’intéresser le tiers des Québécois (30%). Les wikis (36%) et par les blogues (28%) leur plaisent eux aussi.

En revanche, ce qu’on appelle le Web 2.0, qui permet à l’internaute d’être actif et non passif, ne suscite pas de passion. Ainsi, seulement 11% écrivent sur des blogues, 10% enrichissent le contenu des wikis et 7% commentent les microblogues comme Twitter.

Passionnés de vidéos en ligne

En ce qui a trait au divertissement en ligne, les préférences des Québécois vont au visionnement de vidéos (35%) et de photos (25%). Vient ensuite l'écoute de la radio et de la télévision sur Internet (22%). Enfin, il semble que les jeux en ligne connaissent un certain plafonnement (16%) depuis 2006 et que l'écoute et le téléchargement de musique décline, étant passé de 27% en 2007 à 22% en 2009.

Le Québec compte près de 815 000 «Netnewsers», ces internautes qui utilisent principalement le Web pour se tenir au courant de l'actualité. Pour s’informer, les Québécois préfèrent toujours la télévision (60%), puis la presse écrite (16), le Web (13%) et la radio (10%).

Autre activité qui fait de plus en plus d’adeptes : planifier ses vacances à l’aide d’internet. Ainsi, 43% des Québécois ont surfé pour organiser leurs congés, et ce parce que c’est «rapide» (65%), «pratique» (56%) et «moins cher qu’autrement» (40%). De manière générale, le Web est perçu comme un bon outil pour magasiner : 38% s’en sont servi l’an dernier pour trouver de l’information sur un produit ou un service avant d’effectuer un achat.

Convertis aux opérations bancaires en ligne

Le volet bancaire est une part importante des activités des Québécois sur le Web. En effet, près de 1 d’entre eux sur 2 (44%) effectue des opérations bancaires en ligne (paiement de factures, impression de relevés bancaires, virements, transferts de fonds, etc.). Il y a dix ans, ils étaient 16%...

Les avantages? Avant tout, le «gain de temps» (57%), l’«accès à distance» (27%) et la «rapidité d’exécution» (23%).

La sécurité des transactions en ligne inquiète de moins en moins d'internautes. En 2009, le degré de confiance des cyberacheteurs québécois face aux sites des institutions financières et du gouvernement du Québec était assez élevé, ayant respectivement obtenu des notes de 8,8 et 8,6 sur 10. Les grands détaillants franchisés (8,1 sur 10) et les entreprises qui font uniquement des affaires en ligne (7,7 sur 10) ont également eu de bonnes notes. Ce sont les transactions réalisées auprès de petits détaillants qui sont jugées les moins sécuritaires (5,9 sur 10).

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…