Les systèmes d'information pour la gestion des projets: des outils qui rapportent!

Publié le 04/03/2011 à 15:37, mis à jour le 10/09/2012 à 14:02

Les systèmes d'information pour la gestion des projets: des outils qui rapportent!

Publié le 04/03/2011 à 15:37, mis à jour le 10/09/2012 à 14:02

Par Les Affaires

Pas une semaine ne passe sans que les journaux ou les magazines ne fassent état des dépassements de coûts ou des retards survenus lors de la réalisation de projets importants. Comment ne pas se rappeler, par exemple, que le Registre canadien des armes à feu, une banque de données, devait coûter moins de deux millions de dollars par an aux contribuables, pas 1000? Heureusement, de l’aide est disponible. Nos travaux montrent en effet que le recours aux systèmes d'information pour la gestion des projets (en anglais, aux project management information systems) peut avoir un impact sur le niveau de succès des projets — dans le secteur des TI comme dans d’autres domaines.

Par Louis Raymond et François Bergeron*

On sait depuis un certain temps que les organisations gagnent à recourir à des systèmes d'information pour la gestion des projets (SIGP) comme Microsoft Project, Open Workbench ou Primavera (un produit d’Oracle). Par exemple, une étude de la société Gartner révèle que l’utilisation des SIGP peut rapporter gros dans le secteur des TI. Ainsi, 75 % des grands projets TI gérés avec le soutien de ces outils connaîtront le succès escompté. Inversement, les trois quarts des projets menés sans l’appui de ces instruments échoueront (graphique 1).

Graphique 1 — Taux de succès ou d’échec des projets en TI, selon que les organisations gèrent ou non ceux-ci à l’aide de systèmes d'information pour la gestion des projets (SIGP)

Mais qu’est-ce qui explique ces résultats? Comment les SIGP influencent-ils la performance des gestionnaires de projets? Et quels sont les attributs d’un bon SIGP?

Pour répondre à ces questions, nous avons interrogé 39 des participants présents à une conférence sur la gestion de projets tenue au Canada. Au moment de l’enquête, la plupart des personnes sondées étaient actives dans le secteur des services. Huit sur dix étaient membres du Project Management Institute. Presque toutes comptaient 10 ans d’expérience ou plus en gestion de projets. Et plus de deux sur trois recouraient fortement aux SIGP lors de la phase de planification (72 %) ou de mise en œuvre (67 %) des projets.

Qu’est-ce qu’un bon SIGP?

Selon notre enquête, 90 % des gestionnaires de projets utilisent les SIGP depuis au moins trois ans, Microsoft Project dans la grande majorité des cas.

Un peu plus de six sur dix (61 %) se disent fortement ou très fortement satisfaits de la qualité de l’outil à leur disposition. Trente-trois pour cent des personnes interrogées croient qu’un bon SIGP se démarque surtout par sa grande convivialité; 23 %, par sa flexibilité; 23 %, par son accessibilité; et 18 %, par sa simplicité d’apprentissage.

Dans une veine similaire, 66 % des gestionnaires sont satisfaits, à un niveau ou un autre, de la qualité des informations produites par leur SIGP. Pour un peu moins de la moitié d’entre eux (44 %), une information de qualité est d’abord et avant tout « fiable »; pour les autres, elle est « pertinente » (21 %), « précise » (18 %) ou « disponible » (18 %).

La grande influence des SIGP

Nos travaux montrent que la qualité d’un SIGP influe indirectement sur le niveau de réussite d’un projet. En effet:

1. un SIGP de qualité, donc un outil facile à apprivoiser, facile à utiliser, flexible, rapide et bien intégré, est un système qui, généralement, produit des informations de qualité, donc fiables, pertinentes, précises et disponibles;

2. meilleures sont les informations générées par un système d'information pour la gestion des projets, plus les gestionnaires sont susceptibles de recourir à cet outil;

3. et plus les professionnels de la gestion de projets se servent des SIGP, plus ils ont l’impression que leur propre performance s’améliore.

Ce qui précède est important. Le recours aux SIGP rapporte essentiellement parce que ces technologies agissent comme levier de croissance de la productivité et de l’efficacité de leurs utilisateurs. Rien, en fin de compte, n’a autant de répercussions sur la marche d’un projet que la qualité du travail abattu par les gestionnaires de projet.

Un mauvais SIGP nuira donc à l’organisation qui s’en sert, parce qu’il produira des informations de faible qualité que les gestionnaires de projets ne gagneront pas à exploiter. Au contraire, un bon système créera de bonnes informations qui rendront fréquemment leurs destinataires plus performants.

À la une

Une femme de promesse

Lyne Blanchette a courageusement repris l'entreprise le Ranch cunicole à la suite de la mort de son mari.

Warren Buffett démissionne de la fondation Bill et Melinda Gates

16:29 | AFP

Warren Buffett a annoncé mercredi qu'il abandonnait toute fonction au sein de la fondation Bill et Melinda Gates.

Pourquoi les prix du bois d'oeuvre resteront élevés

Il y a 33 minutes | François Normand

Une étude du Rosen Consulting Group montre un effondrement des stocks de nouvelles maisons aux États-Unis depuis 1968.