Faillite de Pixman: plus de 750 000$ de dettes

Publié le 05/02/2010 à 12:50

Faillite de Pixman: plus de 750 000$ de dettes

Publié le 05/02/2010 à 12:50

Pixman Média Nomade et sa filiale en propriété exclusive, Corporation Pixman, avaient accumulé plus de 750 000$ de dettes avant de prendre la décision de se placer à l’abri de ses créanciers.

Nous annoncions hier que le groupe Pixman, fondé par le millionnaire Daniel Langlois (Softimage) a déposé, le 1er février dernier, un avis d’intention de faire une proposition à ses créanciers, conformément à la Loi sur la faillite et l’insolvabilité.

PLUS: Pixman se place sous la protection de la loi sur les faillites

PLUS: Un ex-vp de Quebecor à la rescousse de Pixman

Selon les documents déposés en Cour supérieure, et obtenus par LesAffaires.com, Pixman fait face à des créances de plus de trois-quarts de millions de dollars, attribuables pour la plupart à sa filiale Corporation Pixman (702 413,28$).

De ce montant, 400 000$ sont réclamés par la Banque HSBC Canada. Cette dernière est le seul créancier qui soit garanti en vertu de la loi.

Les créances non garanties s’élèvent à plus de 350 000$, dont près de 40% est réclamé par un cabinet d’avocats de Montréal. Ce cabinet, BCF, réclame à lui seul la somme de 135 822$.

L’ensemble de la soixantaine d’autres créanciers font face à des comptes à recevoir de moins de 100 000$. Le troisième créancier en importance est Therrien Couture, de Saint-Hyacinthe, avec des réclamations de 53 525$. Il est suivi dans l’ordre par Brouillette et associés (43 625$) et les Immeubles B&G realties (22 712$).

Le fondateur de l’entreprise, et président du conseil, Daniel Langlois, semble bien s’en tirer. Propriétés Terra Incognita, sa société de gestion, réclame 4 515$. Il en va de même du Café Melies. Ce dernier fait état d’une maigre dette de 347$.

 

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'Ă©quilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul GagnĂ©

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…