Desjardins largue CGI

Publié le 20/11/2009 à 06:00

Desjardins largue CGI

Publié le 20/11/2009 à 06:00

Plusieurs emplois sont menacés chez CGI. Photo : LesAffaires.com

EXCLUSIF Le Mouvement Desjardins laisse tomber la québécoise CGI, chargée depuis mai 2001 de la gestion de l’exploitation du système informatique et micro-informatique de l’institution financière, a appris LesAffaires.com.

PLUS : Inquiétude chez les employés de CGI

Selon nos informations, confirmées depuis par Desjardins, l’institution a récemment informé CGI de sa décision de ne pas renouveler l’importante entente de service, d’une valeur de 1,2 milliard $, qui les liait depuis 2001.

Une décision lourde de conséquence, tant pour CGI que pour quelque 500 employés non syndiqués de la société, directement concernés par ce contrat d’impartition.

CGI refuse de commenter

Par cette alliance stratégique, d’une durée de dix ans, Desjardins avait délégué à CGI la gestion de ses activités informatiques tout en gardant le contrôle de ses orientations technologiques. À l’époque, Desjardins disait même envisager que CGI développe aussi la commercialisation de ses applications informatiques dans le marché des institutions financières.

Or, par cette décision, Desjardins semble aujourd’hui vouloir prendre ses distances vis-à-vis de son fournisseur de services. Chose que CGI, surprise des informations de LesAffaires.com, a refusé de confirmer.

Évoquant un accord de confidentialité avec Desjardins, Lorne Gorber, vice-président communications et relations avec les investisseurs de CGI, a expliqué ne pouvoir faire de commentaires sur un client de la société en particulier. «Pour nous, a-t-il dit, c’est business as usual. Nous avons un contrat (avec Desjardins) qui va jusqu’en avril 2011.

Desjardins évoque des changements

Chez Desjardins, par contre, André Chapleau, directeur des relations avec les médias, a confirmé les informations de LesAffaires.com, expliquant que les changements apportés à la structure de l’organisation depuis 2001, et plus particulièrement depuis l’élection en 2008 de Monique Leroux, à la tête de l’organisation, forçaient l’institution à revoir ses besoins en matières de services informatiques.

En vertu de l’entente liant les parties, CGI avait l’obligation de faire connaître ses intentions de prolonger ou non le contrat, au moins 18 mois avant son échéance en mai 2011. «Si nous n’avions pas informé CGI, le contrat aurait été renouvelé dans sa forme actuelle, soutient M. Chapleau. Nous n’avions pas le choix d’annoncer nos couleurs si nous voulions pouvoir apporter des changements.»

Selon nos informations, Desjardins lancera au cours des prochains mois une nouvelle procédure d’appel d’offres, à laquelle CGI aurait bien l’intention de participer, selon une source à l’interne chez CGI. M. Chapleau n’a d’ailleurs pas exclu la possibilité que CGI soit candidate à une reconduction du contrat de service, mais a confirmé du même souffle que CGI ne sera pas probablement pas seule dans les rangs.

 

À la une

Appel aux candidatures: Chapeau les PDG!

20/07/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires souhaite souligner le travail inspirant de PDG en cette période pleine d'incertitudes.

Julien Depelteau, le résilient: contourner les nombreuses tuiles

Édition du 25 Novembre 2020 | François Normand

CHAPEAU LES PDG! Le patron de Flexpipe a su rebondir malgré toutes les tuiles qui lui sont tombées sur la tête.

Mélanie ­Paul, l'audacieuse: déployer son «Plan ­Sud»

Édition du 25 Novembre 2020 | François Normand

CHAPEAU LES PDG! L'entrepreneure innue a rebrassé ses cartes pour accélérer sa diversification.