Entente Rogers-Shaw: l'Alberta va intervenir devant le Tribunal de la concurrence

Publié le 05/07/2022 à 16:30

Entente Rogers-Shaw: l'Alberta va intervenir devant le Tribunal de la concurrence

Publié le 05/07/2022 à 16:30

Par La Presse Canadienne

Shaw Communications fournit des services sans fil à plus de deux millions de consommateurs en Alberta. (Photo: La Presse Canadienne)

Le procureur général de l’Alberta va intervenir dans la procédure du Tribunal de la concurrence au sujet de la fusion de 26 milliards de dollars (G$) entre Rogers Communications et Shaw Communications, selon un avis déposé lundi.

L’avis d’intervention affirme que les «succès et les échecs» de l’entente auront un impact sur les consommateurs albertains et l’économie de la province.

Il souligne aussi que le procureur général «ne prend pas position» au sujet de l’entente pour l’instant.

Le siège social de Shaw se trouve à Calgary. L’entreprise fournit des services sans fil à plus de deux millions de consommateurs dans la province par l’entremise des enseignes Freedom Mobile et Shaw Mobile.

Rogers a annoncé en juin s’être entendu avec la montréalaise Québecor pour lui vendre Freedom Mobile au coût de 2,85G$, dans l’espoir que cela puise apaiser les inquiétudes du Bureau de la concurrence au sujet du regroupement de Rogers et Shaw. Le Bureau tente de bloquer la transaction.

Une procédure de médiation entre Rogers, Shaw et le Bureau de la concurrence, auquel toutes les parties ont accepté de participer le mois dernier, doit commencer cette semaine.

À la une

Stations de ravitaillement d’hydrogène: la Québécoise Charbone conclut une entente

Il y a 3 minutes | La Presse Canadienne

Charbone a donné en juin le premier coup de pelle de la construction de son usine d’hydrogène vert à Sorel-Tracy.

Hydrogène: le Canada veut aider l'Allemagne, mais des experts ont des réserves

Certains experts croient que l'hydrogène vert a un prix élevé et ne pourra pas aider l’Allemagne à court terme.

Ce que je ferais de différent

BLOGUE INVITÉ. Après une quinzaine d’années en affaires, le Nicolas d’aujourd’hui est-il si différent?