Au fond, à quoi servent les médias sociaux?

Publié le 31/10/2011 à 10:47, mis à jour le 07/11/2011 à 15:33

Au fond, à quoi servent les médias sociaux?

Publié le 31/10/2011 à 10:47, mis à jour le 07/11/2011 à 15:33

Par Olivier Schmouker

Facebook est le média social le plus populaire. Photo : DR.

Cette interrogation, nombre de chefs d’entreprise canadiens se la posent sérieusement. C’est du moins ce qui ressort d’un sondage de Léger Marketing mené pour le compte de BMO.

Ainsi, la moitié des chefs d’entreprise du Canada considèrent que les médias sociaux n’ont pas le potentiel d'accroître la rentabilité de leur société. Ils ne pensent pas que ce soient des outils utiles (29%). Et ils reconnaissent avoir une connaissance insuffisante des médias sociaux (19%). C’est bien simple, au Canada, seulement 1 chef d’entreprise sur 3 (29%) se sert aujourd’hui des médias sociaux pour dynamiser les activités de sa société…

Pour ceux qui s’en servent, ils le font surtout pour :

- promouvoir l'image de marque ou la réputation de leur société (64%);

- leur donner un plus large accès aux consommateurs (63%);

- encourager les appuis et les recommandations par le bouche-à-oreille (62%);

- vendre des produits et services (46%);

- recueillir des idées et des suggestions (42 %).

Parmi les entreprises qui utilisent les médias sociaux, Facebook est le choix le plus populaire (70%), suivi par LinkedIn (32%) et par Twitter (31%).

«Les médias sociaux, bien qu'ils constituent un circuit de communication et de marketing relativement nouveau, sont résolument là pour y rester. Nous prévoyons qu'ils joueront un rôle de plus en plus important pour les entreprises canadiennes qui cherchent des moyens économiques d'explorer de nouveaux marchés et d'approfondir leurs liens avec leurs clients », dit Cathy Pin, vice-présidente, services bancaires aux entreprises, de BMO.

Le sondage a été réalisé du 30 août au 16 septembre 2011, auprès d'un échantillon de 509 propriétaires de petites et moyennes entreprises au Canada. Un échantillon aléatoire de même taille donnerait une marge d'erreur de plus ou moins 4,4 %, 19 fois sur 20.

Plus : Les formations Les affaires sur les médias sociaux

À la une

La partie n'est pas encore gagnée pour Saputo

10:53 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Il est un peu tôt pour affirmer que la faiblesse du titre de Saputo est maintenant chose du passé.

Un bon test pour mesurer la qualité de vos entreprises

EXPERT INVITÉ. Une façon simple de mesurer la qualité d’une entreprise est de consulter l’évolution de son titre.

Bourse: la Bourse de Toronto en baisse de plus de 250 points à mi-séance

Mis à jour il y a 0 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York évolue dans le rouge.