SNC-Lavalin: les analystes voient d'un bon oeil l'arrivée d'un Américain

Publié le 13/08/2012 à 15:05, mis à jour le 13/08/2012 à 17:05

SNC-Lavalin: les analystes voient d'un bon oeil l'arrivée d'un Américain

Publié le 13/08/2012 à 15:05, mis à jour le 13/08/2012 à 17:05

Par lesaffaires.com

[Photo : Benjamin Nantel, LesAffaires.com]

La décision de SNC-Lavalin de nommer un ingénieur américain expérimenté à sa tête est bien reçue des analystes, malgré les inquiétudes politiques soulevées en raison du fait qu'il ne parle pas français.

L'analyste Frederick Bastien, de la firme Raymond James, a estimé que la nomination de M. Card ne serait probablement pas bien reçue par une partie de la population québécoise. Cependant, les actionnaires devraient être ravis de voir que la société a réussi à attirer quelqu'un avec l'expérience et la réputation de M. Card.

D’ailleurs, ils sont plusieurs analystes à voir d’un bon œil l’arrivée de quelqu’un d’externe à SNC-Lavalin. C’est le cas de Hamzah Mazari, de Crédit Suisse, qui croit aussi que l’expérience de M. Card dans le secteur de l’énergie, tant du côté gouvernemental que corporatif, servira à SNC pour augmenter la présence de SNC dans ce domaine.

Chez BMO Marchés des capitaux, Bert Powell pense que cela constitue une étape pour définir l’orientation que prendra l’entreprise à l’avenir, tout en retirant l’un des éléments d’incertitude qui plane sur la firme québécoise.

Yuri Lynk de Canaccord Genuity souligne par contre que M. Card n’a pas d’expérience dans une entreprise inscrite en Bourse. Mais son regard neuf sur SNC-Lavalin compense le tout.

Trevor Johnson de la Financière Banque Nationale rappelle de son côté que d’autres obstacles demeurent, comme la tendance négative constatée sur les revenus et les profits, et les risques liés aux enquêtes internationales qui ne sont pas terminées.

Chez Valeurs mobilières Desjardins, Pierre Lacroix ajoute que l’arrivée d’un Américain marque un engagement à développer la présence de SNC au sud de la frontière, où elle n’est pas encore très présente.

Page suivante: une lourde tâche pour le nouveau PDG

PLUS : 

SNC-Lavalin a son nouveau président

SNC-Lavalin: l'entorse au bilinguisme pour le nouveau patron

À la une

Conflit du bois d’œuvre: le prix des maisons fera-t-il plier Biden?

15/01/2022 | François Normand

ANALYSE. Les démocrates sont en difficulté, tandis que la grogne monte contre la hausse du prix du bois et des maisons.

«J'manque de bras!» Attendez avant de vider votre portefeuille!

14/01/2022 | Catherine Charron

Votre PME peut tirer son épingle du jeu, même dans un contexte de pénurie de main-d'oeuvre. Voici comment.

Forte demande de bureaux en sous-location à Montréal

14/01/2022 | Charles Poulin

Premier trimestre d'absorption nette positive au pays en immobilier commercial