Les services-conseils animent la croissance


Édition du 02 Mai 2015

Les services-conseils animent la croissance


Édition du 02 Mai 2015

Guy LeBlanc, de PwC, qui enregistre la plus forte croissance de ses effectifs du top 25. [Photo: Jérôme Lavallée]

Les champs traditionnels comme la fiscalité, les audits et la certification sont encore au coeur des activités des firmes comptables et comptent pour une bonne part de leur chiffre d'affaires. Cependant, c'est grâce aux services-conseils que les grands de la comptabilité entendent croître dans les prochaines années. Ils misent pour cela sur des créneaux porteurs, comme l'accompagnement des entreprises en matière de cybersécurité.

«Les cabinets ne veulent plus être perçus comme des fournisseurs de services, mais comme des partenaires pouvant apporter des solutions d'affaires aux enjeux des entreprises», affirme Guy LeBlanc, associé directeur chez PricewaterhouseCoopers (PwC).

C'est pourquoi on poursuit le virage vers les services-conseils chez les Big Four internationaux - PwC, Deloitte, EY (anciennement connue sous le nom d'Ernst & Young) et KPMG - ainsi qu'aux deux autres cabinets québécois de plus de 700 employés - Raymond Chabot Grand Thornton (RCGT) et Mallette. «Cette tendance prend beaucoup d'ampleur et touche beaucoup de sujets», confirme Emilio Imbriglio, président et chef de la direction de RCGT.

Chacun y va de son analyse du marché et accroît sa gamme de produits en conséquence. Ainsi, PwC a racheté en janvier 2015 la division canadienne de gestion de la chaîne d'approvisionnement de West Monroe Partners. Cette entité est spécialisée dans la planification de la demande, l'optimisation des stocks, la planification des ventes et des opérations ainsi que la planification avancée et l'ordonnancement de la production. Elle a apporté une vingtaine d'employés supplémentaires au bureau de PwC à Montréal. «C'est un enjeu majeur pour les entreprises qui misent sur une gestion serrée des coûts pour accroître leur productivité. Elles travaillent de plus en plus à l'international et ont besoin de centraliser certaines activités comme les achats. De plus, elles doivent faire face à la croissance des achats en ligne, ce qui pose aussi des défis en ce qui a trait à la gestion des stocks», explique M. LeBlanc.

Chez Mallette, la gestion du risque et l'optimisation de l'efficacité organisationnelle comptent parmi les grands sujets de l'heure en cette ère d'austérité.

La juricomptabilité fait également partie des services en croissance de plusieurs cabinets comme Deloitte, PwC, Mallette et RCGT. Les domaines faisant appel à cette spécialité sont nombreux, notamment en prévention de la fraude, une préoccupation partagée par de nombreuses entreprises à la suite des révélations de la commission Charbonneau. RCGT vient d'ailleurs d'annoncer la montée en puissance de son département de juricomptabilité. Le cabinet met l'accent sur le volet enquête, qui était peu présent auparavant, grâce à l'arrivée de trois experts dans le domaine et le rapatriement d'une ressource d'Ottawa.

La cybersécurité, une forte préoccupation

La cybersécurité figure en première place parmi les services les plus prometteurs. PwC développe actuellement dans tout le Canada des services en stratégie, gouvernance et gestion des cyber-risques, ainsi que pour la mise en place d'outils de sécurité permettant de mieux gérer les accès, les réseaux, les incidents, la surveillance des réseaux, les audits de sécurité et la gestion des menaces et vulnérabilités, selon Marc Fournier leader des services de cybersécurité pour PwC au Québec. Deloitte de son côté a recruté une dizaine de consultants dans le domaine. La firme a également mis en place, en janvier dernier, un centre de cyber intelligence chargé d'accompagner les entreprises dans leur gestion des cyberrisques 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. De 10 à 15 personnes (spécialistes en ingénierie, données scientifiques, mathématiques, etc.) devraient être embauchées dans les prochains mois.

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.