Le titre de Garda World chute de moitié

Publié le 16/09/2008 à 00:00

Le titre de Garda World chute de moitié

Publié le 16/09/2008 à 00:00

Par Denis Lalonde
Le titre de Garda a clôturé la séance sur une baisse de 4,80 dollars (54,24%) à 4,05 dollars, après avoir touché un creux annuel de 3,29 dollars en début de séance.



En dévoilant un bénéfice avant intérêts impôts et amortissement (BAIIA) inférieur aux prévisions pour son 2e trimestre terminé le 31 juillet, l’entreprise n’a pas réussi à respecter les clauses restrictives à ses convention de crédit, ce qui l’a forcé à renégocier ses facilités de crédit à des conditions moins avantageuses.



Les changements négociés ont notamment entraîné une hausse de 1,5% des taux annuels afférents au crédit à terme rotatif et aux prêts à terme de premier rang et de 3,25% sur un prêt à terme subordonné. Selon l’analyste Martin Landry, de Valeurs mobilières Desjardins, cela se traduira par des dépenses d’intérêts additionnelles de 12 à 14 millions de dollars pour Garda, ce qui affectera grandement ses liquidités.



L’analyste abaisse donc sa recommandation sur Garda «d’achat» à «conserver» avec un risque au-dessus de la moyenne et a placé sous révision le cours cible sur un an du titre de l’entreprise, qui était de 20 dollars.



«Nous vivons actuellement une période de turbulences temporaire. Les résultats financiers sont vraiment décevants, j’en conviens, mais nous avons d’excellentes marges bénéficiaires brutes», affirme la vice-présidente aux communications chez Garda, Nathalie de Champlain, en entrevue.



Garda a dégagé une marge bénéficiaire de 3,8% pour le trimestre dans le secteur des services de sécurité, en baisse de 60 points de base par rapport à la même période en 2007. La marge dans le transport de valeurs a progressé de 100 points de base à 11,4%. Martin Landry anticipait des marges bénéficiaires de 5,4% et de 15,5% respectivement pour les deux secteurs.



Dette de 630 millions de dollars



Afin d’améliorer sa situation financière, la société a commencé il y a quelques mois à évaluer ses options stratégiques et a reçu une offre non sollicitée pour une partie importante de l’entreprise.



«Nous avons reçu une offre très intéressante pour notre division de transport de valeurs. Cette offre est assez intéressante pour que le conseil d’administration de Garda l’examine attentivement. Par contre, nous ne sommes pas dans un contexte de vente de feu, c’est pourquoi nous prenons le temps d’examiner toutes nos options», précise Nathalie de Champlain.



L’entreprise estime que la vente de sa division de transport de valeurs lui permettrait d’éponger la totalité de sa dette de 630 millions de dollars et même de verser un certain montant excédentaire à ses actionnaires.



Résultats décevants



Garda a dévoilé une perte nette de 1 million de dollars (0,03$ par action) au 2e trimestre, elle qui était de 1,48 million de dollars (0,05$ par action) à la même période il y a un an.



Martin Landry prévoyait plutôt un bénéfice net de 0,18$ par action, tout comme la moyenne des analystes sondés par Thomson Reuters.



La direction de Garda affirme que ses résultats ont été affectés par le ralentissement économique général, par le non-renouvellement de contrats militaires aux États-Unis, par l’augmentation des coûts de l’énergie au Canada et par la faiblesse du dollar américain comparativement à la devise canadienne.

image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Est-ce la tâche du gouvernement de sauver nos sièges sociaux?

BLOGUE INVITÉ. Le gouvernement doit tout faire pour éviter que certaines entreprises dites stratégiques soient vendues.

Que faut-il savoir sur Huawei?

Les consommateurs apprécient ses appareils, mais les États s'inquiètent de la proximité entre l'entreprise et Pékin.

Ă€ surveiller : Loblaw, BRP et Blackberry

Que faire avec les titres de Loblaw, BRP et Blackberry? Voici quelques recommandations d’analystes.