La Tour des Canadiens: contre vents et marées

Offert par Les Affaires


Édition du 03 Juin 2017

La Tour des Canadiens: contre vents et marées

Offert par Les Affaires


Édition du 03 Juin 2017

La Tour des Canadiens est un projet de 216 millions de dollars.

Inaugurée en 2016, la première Tour des Canadiens s'impose dans le paysage montréalais, avec ses 53 étages et ses 553 condos de prestige. Cependant, il est impossible de deviner qu'au sommet de ce gratte-ciel se trouve un bassin d'eau dont le mouvement permet de contrebalancer l'effet du vent. Une première au Québec.

Une innovation implantée en cours de route, raconte Marc-André Nadin, ingénieur et associé chez SDK, la firme responsable de la conception de l'édifice. En effet, comme ses unités se vendaient comme des petits pains chauds, la Tour des Canadiens a été agrandie vers le haut. Un ajout de l'équivalent de deux étages et d'une vingtaine de condos, qui a obligé l'équipe à revoir ses plans.

En effet, tout gratte-ciel bouge sous la force du vent. Il faut tenir compte de cet élément au cours de la conception. «La personne qui se trouve à l'intérieur n'est pas affectée par ce facteur tant que la vitesse du déplacement est constante, assure Marc-André Nadin. Toutefois, si l'édifice bouge trop vite, donc s'il y a une accélération dans le bâtiment, l'individu peut ressentir un certain malaise.»

Si la tour originale respectait ces critères de confort, l'ajout de deux étages a changé la donne, précise l'ingénieur. «Normalement, on peut consolider les murs pour remédier à cela, mais comme plusieurs condos étaient déjà vendus sur plan, cela n'aurait pas été possible puisqu'il aurait fallu gruger sur leur superficie.»

De l'eau pour contrecarrer le vent

C'est pourquoi l'équipe de SDK et associés a plutôt opté pour l'implantation d'un bassin étanche en béton, installé au sommet du gratte-ciel. À l'intérieur de celui-ci se trouve une série de plaques d'acier inoxydable perforées et calibrées de façon à moduler le mouvement de l'eau en sens contraire à celui du bâtiment, précise l'ingénieur.

«L'effet de balancier ainsi créé par le liquide vient contrecarrer les accélérations du mouvement de la structure lorsqu'il vente et assure ainsi le confort des résidents et des usagers de la tour», décrit-il. Une solution souvent utilisée ailleurs, notamment à New York ou au Japon, et développée avec Gradient Wind Engineering, une firme d'Ottawa spécialisée dans ce domaine.

Autre particularité du projet : le fait de construire en plein centre-ville, juste à côté du Centre Bell. Cette localisation a complexifié le dossier. Par exemple, il fallait tenir compte de la présence du métro juste sous l'empreinte du bâtiment. «On ne pouvait pas s'appuyer directement sur la voûte du métro, parce que l'édifice est beaucoup trop lourd. Il a donc fallu installer des poutres de transfert au niveau des fondations afin de ne pas lui imposer de charge.»

Tous ces défis ont permis à ce projet de 216 millions de dollars, mené pour un consortium formé de la Corporation Cadillac Fairview, de Canderel, du Fonds immobilier de solidarité FTQ et du Club de hockey Canadien, de remporter le Grand prix du génie-conseil québécois 2017 dans la catégorie Bâtiment, structure.

À la une

Bourse: New York et Toronto repartent en baisse

Mis à jour à 17:07 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. C’est la troisième séance de pertes de la semaine pour les quatre principaux indices.

Titres en action: American Airlines, Nestlé, Renault, Credit Suisse

Mis à jour à 08:07 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Port de Montréal: les employeurs maritimes modifient les horaires des débardeurs

Mis à jour à 17:04 | La Presse Canadienne

L’AEM fait valoir que le travail doit se faire, qu’il s’agisse de déplacer des conteneurs ou de décharger des navires.