Développer son profil entrepreneurial

Offert par Les Affaires


Édition du 03 Décembre 2016

Développer son profil entrepreneurial

Offert par Les Affaires


Édition du 03 Décembre 2016

« On a besoin d’experts qui soient capables d’avoir une vision d’ensemble », explique Nicolas Marcoux, associé directeur national, bureau de Montréal et grandes villes de PwC.

Les comptables professionnels agréés (CPA) agissent plus que jamais comme des accompagnateurs des entrepreneurs aux différentes étapes de l'évolution de leur société. Un rôle qui continuera de croître et pour lequel ils doivent être encore mieux formés.

Les CPA comptent de nombreux atouts pour agir comme conseillers d'affaires, mais pour ce faire, ils doivent développer des aptitudes dans la relation client et la prise en charge globale des dossiers. C'est toute une culture à insuffler.

Chaque cabinet trouve sa recette pour former ses CPA à être de bons conseillers d'affaires. «On cherche des personnes qui ont un profil entrepreneurial, de solides connaissances et une spécialisation», souligne Jean DesRochers, associé en vérification chez Richter.

Mais plutôt que de laisser les jeunes CPA apprendre leur rôle de conseiller d'affaires au fur et à mesure des expériences, Richter a voulu accélérer le processus et les exposer d'emblée à l'ensemble des problématiques auxquelles fait face une entreprise.

Après une opération pilote qu'elle a jugé concluante, Richter lancera en janvier un programme de mentorat et d'apprentissage, connu sous l'acronyme de MAP (mentorship and apprentice program). Quatre jeunes CPA auditeurs et quatre CPA non auditeurs plus expérimentés suivront un parcours de 36 mois qui les mènera dans tous les services du cabinet, accompagnés d'un mentor. «Ainsi, ils pourront voir d'emblée l'ensemble des dossiers et seront capables d'apporter des solutions rapidement», précise Jean DesRochers.

Des formations spécialisées

Il s'agit d'une façon de les former sans délai à leur rôle stratégique, mais aussi d'attirer et de retenir la main-d'oeuvre. «Les nouvelles générations aiment être impliquées et sentir qu'elles ont un impact. Elles voient leur valeur ajoutée tout de suite», ajoute l'associé chez Richter.

Chaque cabinet a sa méthode. Chez PwC, les formations spécialisées visent à compléter la formation initiale sur des aspects pointus. «On s'investit beaucoup pour leur expliquer les enjeux d'affaires des clients, la réalité de leur industrie au-delà des états financiers», dit Nicolas Marcoux, associé directeur national, bureau de Montréal et grandes villes de PwC.

Les sessions de formation portent sur des sujets aussi divers que le processus de négociation ou le climat géopolitique dans certaines régions du monde. Dans ce contexte, les CPA doivent être de bons équilibristes, car «on a besoin d'experts qui soient capables d'avoir une vision d'ensemble», explique Nicolas Marcoux.

Chez Mazars, «on demande aux CPA d'avoir des compétences de leadership, d'entrepreneurship, de vulgarisation, d'approche client», précise Serge Principe, l'associé directeur. Pour permettre de bien couvrir les besoins des entreprises, «on fait travailler nos CPA en équipe et on offre des formations, du coaching et du mentorat», souligne Serge Principe.

À lire aussi :

Entrée massive des femmes dans le boys' club

Des stratégies pour donner un coup de pouce

Le blockchain fera évoluer la profession

 

À la une

À surveiller: BlackBerry, Apple et Tourmaline

Il y a 47 minutes | Catherine Charron

Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement.

Bourse: Wall Street en ordre dispersé, le marché reprend son souffle

Mis à jour il y a 40 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto ouvre également dans le rouge.

Anxiété: inspirons-nous de Drouin et des Canadiens

Il y a 18 minutes | Geneviève Desmarais

BLOGUE INVITÉ. Non, se montrer vulnérable n’est pas un signe de faiblesse, au contraire.