83% des Québécois rêvent d'être leur propre patron

Publié le 10/06/2015 à 13:36

83% des Québécois rêvent d'être leur propre patron

Publié le 10/06/2015 à 13:36

(Photo: Bloomberg)

Être son propre patron, voilà le rêve de 83% des Québécois, selon un sondage de Kumon Canada effectué par Forum Angus Reid. Ce score, parmi les plus élevés au Canada, surpasse la moyenne canadienne de 74%.

Pour mesurer leur esprit entrepreneurial, 1 266 Canadiens de 25 à 55 ans ont été interrogés entre le 2 et le 4 mars 2015. Il est toutefois important de souligner que le sondage parle d'aspirations, et non d'intentions de passer à l'action.

S’ils perdaient leur emploi, 61% des Québécois choisiraient de démarrer leur entreprise plutôt que de chercher un nouvel emploi.

Également, 65% des Canadiens réfléchissent à la possibilité de créer leur propre entreprise, une fois à la retraite. 

Devant ce rêve se dresse cependant des obstacles, les plus importants étant les coûts au démarrage (46%) et la stabilité globale (39%).

Acheter une franchise plutôt que bâtir son entreprise de zéro est donc une option intéressante pour ces entrepreneurs potentiels. Le risque leur semble moins important puisque l’entreprise franchisée a déjà fait ses preuves et que le nouvel acquéreur bénéficiera du soutien du siège social. 

Les secteurs les plus prisés pour les franchises sont les métiers (29%), la petite enfance/l’aide à la vie autonome (24%) et les cafés-restaurants (21%). L’éducation est toutefois le domaine perçu comme étant le plus gratifiant, autant par les Québécois que les Canadiens. 

Le sondage n’a pas mesuré les secteurs les plus intéressants pour les entrepreneurs qui ne désirent pas acheter une franchise.

À suivre dans cette section

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.