Thomson Reuters achète FXall pour 622 M$ US

Publié le 09/07/2012 à 08:14

Thomson Reuters achète FXall pour 622 M$ US

Publié le 09/07/2012 à 08:14

Par AFP

Le groupe anglo-canadien d'informations financières Thomson Reuters a annoncé lundi un projet d'offre publique d'achat sur la plateforme électronique pour les transactions de changes FX Alliance (FXall), moyennant 622 M$ US en numéraire.

Thomson Reuters propose 22 $ US par action de sa cible, qui est cotée à la Bourse de New York. Un tel prix représente une prime de 40% par rapport au dernier cours coté de FXall (15,70 $ US vendredi).

Le conseil d'administration de FXall a approuvé les conditions de l'offre "à l'unanimité", selon un communiqué diffusé par Thomson Reuters.

Déjà le principal actionnaire de FXall, le fonds Technology Crossover Ventures, ainsi que son PDG Phil Weisberg et son directeur financier John Cooley ont indiqué qu'ils apporteraient leurs titres à l'offre. Collectivement, ils rassemblent 32,5% du capital de la société.

FXall compte plus de 1 300 clients dans le monde. Sa technologie et sa clientèle sont parfaitement complémentaires de celles de Thomson Reuters, a fait valoir ce dernier dans son texte.

Au cours de son dernier exercice, FXall a dégagé un bénéfice net (part du groupe) de 12,5 M$ US (+18%) sur des ventes totales de 118,3 M4 US (+19%). Fondée en 2000, la société newyorkaise emploie un peu plus de 200 personnes.

Les deux parties espèrent boucler la transaction au troisième trimestre.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...