Qu'est-ce que la taxe sur les transactions financières?

Publié le 18/08/2011 à 07:44, mis à jour le 18/08/2011 à 14:23

Qu'est-ce que la taxe sur les transactions financières?

Publié le 18/08/2011 à 07:44, mis à jour le 18/08/2011 à 14:23

Par AFP

Photo : Bloomberg

La taxe sur les transactions financières, une idée ancienne remise sur la table mardi par la France et l'Allemagne, est un mécanisme destiné à la fois à décourager la spéculation et à apporter de nouvelles ressources fiscales. 

Question: Qu'est-ce que la taxe sur les transactions financières?

Réponse: L'idée, lancée en 1972 par le Prix Nobel d'économie américain James Tobin, consiste à appliquer un faible prélèvement (par exemple 0,01%) sur les transactions monétaires internationales, voire sur toutes les transactions sur les marchés financiers (Bourse, marché obligataire, marchés dérivés...)

Q: A quoi sert-elle?

R: Selon ses promoteurs, la taxe sur les transactions financières freinerait la spéculation et donc l'instabilité sur les marchés. Les ordres d'achat ou de vente spéculatifs se caractérisent souvent par leur grand nombre, leur extrême rapidité (on achète pour revendre quelques minutes, voire quelques fractions de seconde plus tard) et leur faible marge bénéficiaire. Une taxe même très faible s'appliquant systématiquement à chaque transaction réduirait donc suffisamment le bénéfice du spéculateur pour le décourager.

La taxe, de par son faible taux, ne nuirait pas, en revanche, aux investissements sur le long terme.

Selon l'idée initiale, les fonds recueillis devaient être destinés à l'aide au développement et gérés par un organisme international. Plus récemment, la Commission européenne a suggéré qu'une taxe sur les transactions financières serve à financer le budget européen pour alléger les contributions des États membres.

Q: Qui est pour, qui est contre?

R: Vieille revendication des altermondialistes, le principe d'une taxe sur les transactions financières est également soutenu par la Commission européenne et par certains États dont la France, l'Allemagne et la Belgique.

Les banques, les opérateurs boursiers sont naturellement opposés à une telle mesure, de même que les États-Unis. La Grande-Bretagne, la Banque centrale européenne (BCE) sont contre toute taxe qui ne s'appliquerait pas mondialement.

Q: Quels sont les arguments de ses détracteurs?

R: La principale critique concerne l'extrême difficulté, voire l'impossibilité d'imposer cette taxe au niveau mondial, seul gage d'efficacité. Tout État qui l'imposerait unilatéralement serait en effet économiquement lésé, puisque les investisseurs déplaceraient immédiatement leurs activités dans les pays n'appliquant pas la taxe.

PLUS :

La taxe sur les transactions financières doit être mondiale, dit Londres

La France et l'Allemagne propose une taxe sur les transactions financières

À la une

Vers la création d'un troisième parti à Washington?

15/01/2021 | François Normand

ANALYSE — L'histoire américaine est parsemée de tiers partis ou de candidats indépendants lors des présidentielles.

Étude WOW 2020: les champions de l'expérience client en temps de pandémie

15/01/2021 | Kévin Deniau

ÉTUDE WOW 2020. Les Aliments M&M et Simons arrivent en tête de liste.

#Onestouvert, un mot-clic au secours des restaurateurs

15/01/2021 | Catherine Charron

L'expression «est venue d’un franchisé à bout de souffle qui voulait juste faire entendre qu’il était ouvert »