Obama présente un déficit massif

Publié le 26/02/2009 à 00:00

Obama présente un déficit massif

Publié le 26/02/2009 à 00:00

Plan de relance et plan de sauvetage des banques s’ajoutent aux hausses envisagées dans le secteur de la santé pour produire un budget totalisant 3600 milliards de dollars américains, soit 12,3% du PIB. C’est le déficit le plus important jamais présenté depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.

L'administration Obama se met aussi 250 milliards de dollars de côté au cas où il faudrait venir à nouveau en aide aux banques.

Malgré les pressions budgétaires, le président Obama promet de relever le niveau des services de santé et prévoit dépenser 634 milliards de plus étalés sur dix ans.

Pour le financer, Obama présente les résolutions qui fâchent, soit des hausses de taxes pour les aisés. Les ménages dont les revenus dépassent 250 000 dollars par an verront leur taux marginal d’imposition remonter à 36%, éliminant ainsi les concessions des années Bush. Ils paieront aussi des impôts de 20% sur les dividendes et les gains en capital reçus, contre 15% actuellement.

Enfin, ce sont les entreprises qui sont aussi appelées à contribuer. Obama remet à plat la norme comptable LIFO. Celle-ci consiste à évaluer les stocks à la valeur des derniers achats. En gonflant ainsi le niveau des stocks, les entreprises réduisent leur bénéfice fiscal et reportent les impôts à plus tard.


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

À la une

Retraite: plus de transparence demandée par des gestionnaires de fonds

Huit fonds exhortent les entreprises à divulguer des données environnementales, sociales et de gouvernance complètes.

Slack dans le viseur de la société américaine Salesforce

13:33 | AFP

L’action de Slack, entrée à Wall Street en juin 2019, a pris jusqu’à 32 % après la publication de cette information.

Joe Biden pourrait renoncer à hausser l’impôt des entreprises

En campagne électorale, Joe Biden a promis de faire passer le taux d’imposition des sociétés américaines de 21% à 28%.