Manuvie encaisse une perte de 300 M$

Publié le 09/08/2012 à 08:39

Manuvie encaisse une perte de 300 M$

Publié le 09/08/2012 à 08:39

Par Mathieu Lavallée

Une importante charge de 677 M$ grève les résultats de la Financière Manuvie au deuxième trimestre. L’assureur se retrouve avec une perte de 300 M$, selon les résultats dévoilés ce jeudi.

La charge inscrite découle des hypothèses liées aux taux d’intérêt à long terme. Plus précisément, c’est la révision du taux de réinvestissement ultime des titres à revenu fixe qui crée cette situation.

La perte ainsi subie « témoigne des conditions difficiles sur les marchés des actions et de la faiblesse des taux d’intérêt », écrit Manuvie dans son communiqué.

En excluant cette charge et les éléments extraordinaires subis lors du trimestre (124 M$), la Financière Manuvie a enregistré un bénéfice net de 551 M$, par rapport à celui de 673 M$ connu il y a un an.

Les souscriptions de produits d’assurance ont grimpé de 55 % depuis un an, ce qui vient d’un record historique de souscriptions au Japon, à Hong Kong et en Indonésie, précise l’entreprise.

Les produits de gestion de patrimoine ont vu leurs souscriptions reculer en Amérique du Nord, ce qui n’a pas empêché l’institution financière de se retrouver avec un total sous gestion de 514 G$, soit un record historique.

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

À la une

Le projet Énergie Saguenay a-t-il un avenir à long terme?

27/11/2020 | François Normand

ANALYSE — Le marché de l'énergie mute en Europe et en Asie, ce qui pourrait limiter la demande pour du GNL du Québec.

COVID-19: un général va coordonner la distribution des vaccins au Canada

27/11/2020 | AFP

Un général ayant dirigé les forces de l'OTAN en Irak coordonnera la distribution des vaccins contre la COVID au Canada.

Le prix des propriétés bondit dans la RMR de Montréal

27/11/2020 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les banlieues ont la cote en 2020 et l'intérêt pour les copropriétés sur l'île de Montréal diminue.