La poussée de l'endettement semble enfin ralentir

Offert par Les Affaires


Édition du 02 Juin 2018

La poussée de l'endettement semble enfin ralentir

Offert par Les Affaires


Édition du 02 Juin 2018

La période de flambée spectaculaire des prix des maisons devrait être terminée. [Photo: 123RF]

L'économie canadienne a su bien tirer son épingle du jeu depuis le début du nouveau millénaire, en évitant notamment une véritable correction immobilière ou une crise bancaire majeure. Cette bonne performance dans un environnement de taux d'intérêt extrêmement bas s'est toutefois traduite par un accroissement marqué de l'endettement des ménages. Comme le notait récemment le gouverneur de la Banque du Canada, cet endettement élevé est devenu une source de préoccupation croissante puisqu'elle rend l'ensemble de l'économie plus vulnérable à différents chocs, par exemple à une poussée des taux d'intérêt ou du taux de chômage.


Ces préoccupations concernant l'endettement se sont traduites par la mise en place de plusieurs mesures, au cours des dernières années, qui visaient particulièrement à restreindre la poussée du crédit hypothécaire. Malgré cela, les ménages canadiens continuaient, jusqu'à tout récemment, à augmenter rapidement leur endettement alors que l'environnement économique favorable ainsi que l'appréciation rapide de la valeur de leurs actifs les incitaient à dépenser plus que ce qu'ils gagnaient. Cette résilience du crédit est certainement un des facteurs qui ont convaincu la Banque du Canada qu'il était temps d'amorcer un resserrement de sa politique monétaire l'été dernier.


Des mesures qui ont de l'effet


Des données récentes laissent toutefois croire que la situation pourrait être en train de changer. La variation sur trois mois de l'encours du crédit aux ménages a ralenti de manière significative dans les derniers mois, en particulier depuis le début de 2018. Dans un contexte d'augmentation des taux d'intérêt et de mesures provinciales pour décourager la spéculation à Toronto et à Vancouver, les nouvelles mesures restrictives introduites en janvier dernier par le Bureau du surintendant des institutions financières semblent avoir eu beaucoup plus d'effets que les mesures précédentes sur le marché immobilier canadien. Alors que la période de flambée spectaculaire des prix des maisons devrait être terminée, bien que nous n'anticipions pas une véritable correction immobilière, on peut penser que la modération du crédit hypothécaire sera durable.


Il est intéressant de constater que la progression du crédit à la consommation a aussi ralenti au cours des derniers mois. Pour le moment, il est plus difficile de savoir si cette modération sera durable alors que le contexte économique favorable laisse entrevoir une progression relativement vigoureuse de la consommation au cours des prochains trimestres. Dans un contexte de taux d'intérêt plus élevés et de forte croissance des revenus, il est cependant probable que les ménages aient moins recours au crédit pour financer leurs achats.


Les entreprises bien positionnées pour prendre la relève


Dans le contexte actuel, une certaine modération de la croissance du crédit est souhaitable puisqu'elle réduit les risques à moyen terme pour l'économie canadienne. Les signes qu'un ralentissement est amorcé devraient ainsi rassurer la Banque du Canada et l'inciter à continuer d'une façon prudente et graduelle son resserrement monétaire. Il reste que cette modération du crédit confirme que la consommation et le secteur immobilier ne seront plus des soutiens aussi importants pour la croissance économique canadienne qu'au cours des dernières années. Heureusement, les entreprises semblent bien positionnées pour prendre la relève en augmentant leur production et leurs investissements.



EXPERT INVITÉ


Mathieu D’Anjou, CFA, est économiste principal aux Études économiques du Mouvement Desjardins.



image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.