L'inflation devrait remonter progressivement au pays

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Septembre 2017

L'inflation devrait remonter progressivement au pays

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Septembre 2017

Malgré l'excellente performance de l'économie canadienne au cours des derniers trimestres, le taux d'inflation demeure faible et significativement sous le niveau ciblé par la Banque du Canada. Cette faiblesse persistante est observable dans la plupart des pays avancés.


L'économie canadienne continue de dépasser toutes les attentes. Loin de ralentir, la croissance du PIB réel s'est encore accélérée pour atteindre 4,5 % au deuxième trimestre de 2017. Cela a incité la Banque du Canada à décréter une deuxième hausse consécutive de ses taux directeurs au début du mois de septembre. La poussée de l'économie canadienne continue de s'appuyer, entre autres, sur une consommation forte qui profite de la performance solide du marché du travail.


Malgré ce contexte économique vigoureux, l'inflation canadienne demeure modeste, à seulement 1,2 % (rythme annuel) en juillet. Les composantes qui contribuent particulièrement à la faiblesse de l'inflation sont l'électricité et les vêtements. La diminution des prix de l'électricité s'explique par un changement de politique en Ontario, qui a entraîné d'importantes réductions des tarifs en janvier, en mai ainsi qu'en juillet 2017. L'impact négatif de cette composante est toutefois appelé à s'estomper au cours des prochains trimestres. En ce qui concerne les vêtements, la faible progression des prix reflète la vive concurrence dans le secteur du détail, amplifiée notamment par la popularité grandissante du commerce électronique.


Au-delà des facteurs temporaires ou sectoriels, force est de constater que la faible progression des prix est assez généralisée. En juillet 2017, près de 49 % des composantes du panier de l'indice des prix à la consommation (IPC) affichaient une croissance annuelle des prix sous la cible inférieure de la Banque du Canada, soit 1 %. Cette faiblesse généralisée peut s'expliquer en grande partie par la présence de capacités excédentaires de production au sein de l'économie canadienne depuis la grande récession de 2008-2009.


La disparition des capacités excédentaires devrait soutenir l'inflation


L'effet de certains facteurs limitant l'inflation à l'échelle mondiale, dont la poussée du commerce électronique, pourrait bien continuer à se faire sentir sur l'inflation canadienne au cours des prochaines années. Les pressions baissières liées à la présence de capacités de production non utilisées devraient cependant bientôt s'apaiser. Alors que l'économie canadienne a progressé à un rythme dépassant d'environ trois fois son potentiel de croissance au cours de la dernière année, tout indique que les capacités excédentaires de production sont maintenant pratiquement épuisées. Le marché du travail envoie un signal similaire, le taux de chômage étant récemment redescendu à un niveau qui n'avait pas été observé depuis 2008.


Les capacités de production risquent de devenir de plus en plus difficiles à obtenir au cours des prochains trimestres, car on anticipe que l'économie canadienne continuera de progresser à un rythme supérieur à son potentiel. Cette situation de pénurie devrait se traduire par des pressions haussières sur les salaires et, éventuellement, sur les prix de la plupart des biens au Canada. Dans ces conditions, le taux annuel d'inflation pourrait s'accélérer graduellement au cours des prochains trimestres pour se rapprocher davantage de la cible médiane de 2 % de la Banque du Canada.


EXPERT INVITÉ
Mathieu D'Anjou, CFA,
est économiste principal aux Études économiques du Mouvement Desjardins.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

Sur le même sujet

L'inflation est-elle réellement morte?

Édition du 18 Mai 2019 | Laura O'Laughlin

EXPERTE INVITÉE. Pendant la majeure partie des 60 dernières années, des banques centrales telles ...

Qu'est-ce qui fait courir la Bourse?

BLOGUE. Le doute confère en soit encore du potentiel à la Bourse mais les taux et les profits doivent faire leur part.

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.