Banque du Canada: diminution des coûts d'emprunt probable

Publié le 04/03/2020 à 15:26

Banque du Canada: diminution des coûts d'emprunt probable

Publié le 04/03/2020 à 15:26

Par La Presse Canadienne
la Banque du Canada

(Photo: Getty Images)

La Banque du Canada a décidé mercredi d'abaisser son taux d'intérêt directeur d'un demi-point de pourcentage, pour le ramener à 1,25 %, en raison des inquiétudes suscitées par le nouveau coronavirus. Voici ce que cette décision pourrait changer :

Immobilier :

En principe, un taux directeur plus bas se traduit par une diminution du taux des prêts hypothécaires. On ignore pour l'instant si les banques comptent refiler la totalité de la baisse aux emprunteurs, a souligné le cofondateur de Ratehub.ca, James Laird.

« Tout ce qui ne change pas est simplement dû au fait que les institutions financières veulent engranger plus de bénéfices », a-t-il dit.

Ratehub estime qu'une réduction d'un demi-point de pourcentage pour un prêt hypothécaire de 450 000 $ accompagné d'un taux variable de 2,6 % ferait passer celui-ci à 2,1 %, ce qui se traduirait par des économies mensuelles d'environ 115 $. Pour un prêt hypothécaire de 800 000 $, les économies mensuelles sont estimées à 800 $.

Phil Soper, président et chef de la direction de Royal LePage, s'attend à ce que la décision de la Banque du Canada stimule le marché immobilier. Cela devrait profiter aux provinces des Prairies ainsi qu'à Terre-Neuve-et-Labrador, mais pourrait accentuer le déséquilibre dans des marchés vigoureux comme celui du Grand Toronto.

Crédit :

Les taux des cartes de crédit ne devraient pas changer, contrairement à ceux des prêts automobiles et des marges de crédit. Cela pourrait faciliter le remboursement de certains prêts, mais les taux plus bas pourraient rendre les banques plus réticentes à prêter, selon Doug Hoyes, syndic autorisé en insolvabilité chez Hoyes, Michalos & Associates. À son avis, certaines institutions financières font déjà preuve d'une plus grande prudence à ce chapitre en raison des incertitudes économiques.

M. Hoyes estime également la diminution des taux d'intérêt représente une bonne occasion de rembourser ses dettes. Il a ajouté que la décision de la banque centrale signale qu'il pourrait y avoir une récession et que certains travailleurs pourraient ne pas obtenir d'augmentations de salaire ou même être licenciés.

« La baisse des taux d'intérêt indique que la Banque du Canada est inquiète, a expliqué M. Hoyes. Donc, si les experts sont inquiets, je suppose qu'ils essaient de nous dire que nous devrions peut-être l'être aussi. »

Épargne :

L'inconvénient des coûts d'emprunt moins élevés est que les taux d'intérêt pour les comptes d'épargne vont également diminuer, a déclaré M. Laird.

« Ce type d'environnement, avec des taux très très bas, met beaucoup de pression sur les personnes qui s'approchent de la retraite ou qui sont à la retraite », a-t-il dit.

Puisque le COVID-19 risque d'avoir des impacts sur l'économie, il serait prudent d'économiser davantage, compte tenu des impacts potentiels que le virus peut avoir sur l'économie, il pourrait toutefois être prudent d'économiser davantage, selon la chef de la direction de Conseil en crédit du Canada, Michelle Pommells.

Sur le même sujet

Une mesure comme la PCU pourrait aider le Canada à réagir aux chocs, dit M. Poloz

La banque disposera probablement de moins de marge de manœuvre lorsque le prochain choc surviendra.

La pandémie fera grimper l'endettement, prévient la Banque du Canada

Le problème de flux de trésorerie de certaines entreprises pourrait devenir un problème de solvabilité.

À la une

Crise des finances publiques? Quelle crise?

30/05/2020 | François Normand

ANALYSE - Quand il y a des crises graves, les gouvernements haussent les impôts. C'est la leçon du 20e siècle.

Il y a toujours des raisons de garder espoir

BLOGUE. La Bourse s'offre un deuxième mois fort rentable grâce aux largesses monétaires.Les indicateurs se contredisent.

Santé publique: une gouvernance de broche à foin

29/05/2020 | Jean-Paul Gagné

BLOGUE. On nous a présenté Horacio Arruda comme étant l’autorité de la Santé publique au Québec. Or, il n'en est rien.