Une «fontaine de Jouvence» de cellules souches


Édition du 10 Octobre 2015

Une «fontaine de Jouvence» de cellules souches


Édition du 10 Octobre 2015

Par Benoîte Labrosse

L’équipe de Guy Sauvageau a mis au point une molécule qui permet de multiplier par plus de 10 le nombre de cellules souches contenues dans une unité de sang de cordon ombilical. [Photo : IRIC]

Guy Sauvageau avait l'habitude de dire qu'il arrêterait la recherche s'il faisait une découverte clé. Sauf que le chercheur principal de l'Institut de recherche en immunologie et en cancérologie a changé d'idée depuis que son équipe a mis au point l'UM171, une molécule qui permet de multiplier par plus de 10 le nombre de cellules souches contenues dans une unité de sang de cordon ombilical.

À lire aussi :
À la conquête de la troisième dimension
François Gagnon, le chercheur entrepreneur
La recherche en chiffres
Deux projets majeurs à l'international
Un outil et une approche uniques pour mesurer la performance des PME
Des nanotechnologies pour capter l'invisible

«Cette molécule est le début d'une fontaine de Jouvence pour produire des cellules souches», dit le Dr Sauvageau.

«Ces cellules nous permettront de générer des unités de sang adaptées à des gens qui en ont besoin et, peut-être, de modifier le système immunitaire d'une personne s'il lui pose problème», ajoute le professeur au Département de médecine de l'Université de Montréal, d'où la molécule tire son nom.

En plus de ses applications pratiques - dont l'amélioration des procédures de greffes de cellules souches sanguines -, l'UM171 a une portée théorique. «Nous utilisons cette petite molécule comme une canne à pêche qui permet de repérer le mécanisme responsable de l'amplification des cellules souches adultes, un gros trou dans la littérature scientifique présentement», note le Dr Sauvageau.

La preuve de son importance, après sa publication dans la prestigieuse revue Science en septembre 2014, cette découverte a été citée comme l'un des temps forts de la semaine de la revue Nature... et mise en vente par au moins quatre distributeurs. «C'est illégal, mais nous le tolérons, car ça fait connaître la molécule», précise le chercheur, également hématologue-greffeur à l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

«Des centaines de laboratoires dans le monde» ont aussi obtenu légalement une licence de production.

Un chef d'orchestre

Il aura fallu une dizaine d'années et «de 15 à 20 millions de dollars» à l'équipe du Dr Sauvageau pour traverser toutes les étapes menant à l'UM171.

«L'élément clé est la création de l'IRIC, un centre de recherche unique au Canada qui englobe sous le même toit tous les plateaux technologiques nécessaires», précise-t-il.

Cette découverte est aussi le fruit des compétences des différents membres de l'équipe.

«Et moi, je suis un peu le chef d'orchestre, dit humblement le Dr Sauvageau. Lorsqu'on travaille avec des gens aussi talentueux, on n'est pas très utile, à part pour les faire rire un peu et coordonner tout ça !»

Peut-être aussi pour réunir des fonds, notamment auprès du Réseau de cellules souches du Canada, du Réseau de thérapie cellulaire et tissulaire du Fonds de recherche du Québec - Santé et des instituts de santé des États-Unis.

Sans oublier les partenariats, avec l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, la British Columbia Cancer Agency, l'Ontario Cancer Institute, l'Université de Toronto ou le Fred Hutchinson Cancer Research Center de Seattle. «Là-bas, la clinicienne Colleen Delaney et un de ses collègues nous ont beaucoup aidés à monter l'étude clinique», souligne le Dr Sauvageau, qui espère que la molécule sera approuvée en même temps au Canada et aux États-Unis «dans grosso modo cinq ans».

«Nous pensons que la molécule livrera les bénéfices attendus et, contrairement à un médicament, nous ne nous attendons pas à des effets secondaires», conclut-il.

À lire aussi :
À la conquête de la troisième dimension
François Gagnon, le chercheur entrepreneur
La recherche en chiffres
Deux projets majeurs à l'international
Un outil et une approche uniques pour mesurer la performance des PME
Des nanotechnologies pour capter l'invisible

À la une

Bourse: Wall Street termine sans direction, craintes d'une récession

Mis à jour le 29/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse de près de 150 points.

À surveiller: Couche-Tard, Air Canada, et Gildan

Que faire avec les titres d’Alimentation Couche-Tard, Air Canada et Vêtements de sport Gildan?

Les mythes de la table d’imposition

29/06/2022 | Thomas Gaudet

BLOGUE INVITÉ. Non, votre voisin n’est pas la référence en matière fiscale.