Un remède de cheval pour les biopharmaceutiques ?

Publié le 08/10/2009 à 16:40

Un remède de cheval pour les biopharmaceutiques ?

Publié le 08/10/2009 à 16:40

Par Dominique Lemoine

LesAffaires.tv

La stratégie biopharmaceutique québécoise annoncée aujourd’hui par le ministre du Développement économique, de l’innovation et de l’exportation, Clément Gignac, a suscité des réactions favorables sur les fils de presse de la part de l’industrie et d’organismes économiques.

Le gouvernement de Jean Charest a entre autres promis d'injecter 122,8 millions de dollars au cours des trois prochaines années afin de venir en aide à l'industrie biopharmaceutique québécoise, qui souffre actuellement de la crise financière mondiale.

Présidente et directrice de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Françoise Bertrand soutient que l'injection de 122 millions de dollars que le gouvernement veut consacrer à ce secteur sur trois ans « est un effort considérable si l’on tient compte du contexte économique et de l’état des finances publiques ».

« La stratégie apporte des idées intéressantes ou des solutions, notamment en adaptant les modalités de financement des crédits d'impôt à la R&D ou en favorisant la collaboration entre les entreprises de biotechnologie et les pharmaceutiques », dit-elle. Elle salue l'intention d'attirer des chercheurs et de promouvoir les carrières dans ce secteur.

Le président du conseil d’administration de BIOQuébec, Yves Rosconi, soutient que le financement trimestriel des crédits d’impôt à la Recherche et développement (R&D) « permettra d'aider les entreprises dans la gestion de leurs liquidités… jusqu’à ce que les conditions de fonctionnement normales des marchés financiers soient rétablies ».

Les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada (R&D) salue « l’amélioration de la flexibilité du régime d’assurance médicaments », qui témoigne de « l’ouverture » du gouvernement envers les « produits novateurs ».

« Les médicaments novateurs sont l'une des interventions les plus rentables du système de santé. Ils évitent le recours à la chirurgie ou l'hospitalisation et permettent aux patients de rester auprès de leur famille et dans leur collectivité », soutient Rx&D.

La firme Sanofi-Aventis dit appuyer « totalement » l'intention du gouvernement d'encourager le réseautage entre tous les acteurs de la communauté scientifique.

La stratégie « reste fidèle à l'esprit de la politique du médicament en cherchant à améliorer l'accès au marché, l'utilisation optimale, la gestion des coûts et le maintien d'une industrie dynamique », se réjouit Merck Frosst.

« Le financement de projets de recherche tournés vers les besoins du marché, le transfert des résultats vers l’industrie et la mise en valeur de leur potentiel économique est la pierre angulaire du succès » , soutient le Consortium québécois sur la découverte du médicament (CQDM).

Bémol

L’aide financière ne sera toutefois accessible qu’aux entreprises de biotechnologies évoluant dans le secteur de la santé humaine. Yves Rosconi soutient que « BIOQuébec poursuivra ses efforts » pour que les entreprises des secteurs de la santé animale, des nutraceutiques et des aliments fonctionnels puissent éventuellement bénéficier d’une aide.

Avec La Presse Canadienne


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

«On a rebondi en Chine grâce à la discipline», dit un dirigeant de Savaria

27/03/2020 | François Normand

Son usine de Huizhou, au nord de Hong Kong, a rouvert et a reparti sa production, sans que personne ne soit malade.

«On ne lâche pas»

27/03/2020 | Marine Thomas

En ces temps durs, nos journalistes en télétravail sont au front pour vous offrir la meilleure information possible.

Le plan d'aide d'Ottawa bien reçu

Mis à jour le 27/03/2020 | La Presse Canadienne

Le gouvernement Trudeau ne semble pas se fixer de plafond devant l'ampleur des fonds nécessaires en ces temps de crise.