Pharmaceutique: encore des emplois perdus

Publié le 23/03/2012 à 06:50, mis à jour le 23/03/2012 à 06:51

Pharmaceutique: encore des emplois perdus

Publié le 23/03/2012 à 06:50, mis à jour le 23/03/2012 à 06:51

Par lesaffaires.com

Photo : Bloomberg

La région montréalaise perd encore d'autres emplois dans le secteur pharmaceutique.

Cette fois, c’est Novartis Canada qui s’apprête à sabrer ses effectifs, selon ce que rapporte La Presse ce vendredi.

L’entreprise qui a pignon sur rue à Dorval a confirmé la nouvelle sans indiquer l’ampleur des réductions de personnel devant toucher le Québec et les autres régions du Canada, mais cela pourrait aller jusqu’à 40 % du nombre d’employés actuel, et ce, dès le mois prochain.

La destruction d’emplois dans le secteur pharmaceutique montréalais continue sur sa lancée, après les congédiements enregistrés chez Sanofi Aventis, AstraZeneca, Johnson & Johnson et Theratechnologies.

Déjà, en janvier dernier, Novartis a supprimé 2000 emplois aux États-Unis; quelques mois plus tôt, un nombre identique d'emplois avaient été abolis aux États-Unis et en Suisse.

Nancy White, vice-présidente chez Novartis Canada, explique que l'environnement dans lequel l'industrie pharmaceutique mène ses activités au Canada s'est compliqué depuis quelques années. Les délais réglementaires sont plus longs et le remboursement au niveau public et privé est devenu plus difficile, dit-elle.

D’après La Presse canadienne.

PLUS :

Les pharmas souffrent, pas les sciences de la vie

La lente agonie des pharmas québécoises

À suivre dans cette section

À la une

L'investissement de Québec dans l'A220 pique encore du nez

Il y a 56 minutes | La Presse Canadienne

L’investissement effectué par Québec dans l'A220 vaut environ cinq fois moins que ce qui a été allongé.

À surveiller: Drone Delivery Canada, Bombardier, Palantir

Que faire avec Drone Delivery Canada, Bombardier et Palantir? Voici quelques recommandations d’analystes.

Comment croître grâce à la dette?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. Toutes les dettes ne sont pas néfastes pour votre entreprise. Voici comment séparer le bon grain du mauvais: