Pharmaceutique: Boehringer ferme le dernier grand centre de recherche de Montréal

Publié le 19/09/2012 à 07:08, mis à jour le 19/09/2012 à 07:41

Pharmaceutique: Boehringer ferme le dernier grand centre de recherche de Montréal

Publié le 19/09/2012 à 07:08, mis à jour le 19/09/2012 à 07:41

Par Yannick Clérouin

Un autre grand centre de recherche disparaît dans la métropole. Photo: Bloomberg

Une page d’histoire se tourne pour l’industrie pharmaceutique de la grande région de Montréal.

La métropole perdra au début de 2013 son dernier grand centre de recherche pharmaceutique, avec la fermeture des installations lavalloises de la multinationale familiale allemande Boehringer Ingelheim. Cette décision touchera 170 chercheurs et autres employés du laboratoire.

Boehringer Ingelheim a annoncé qu’elle mettait un terme à son programme de recherche en virologie, ce qui entraînera la fermeture de son centre de recherche situé au carrefour sud-est de l’Autoroute 15 et de la 440 au premier trimestre de l’an prochain.

À lire: La lente agonie des pharmas québécoises, publié en janvier dernier.

Le géant pharmaceutique allemand, qui compte plus de 44 000 employés dans le monde, a pris cette décision à la suite d’une revue de ses domaines de recherche et de ses priorités.

Boehringer justifie sa décision par le fait que la demande en produits médicaux innovateurs a changé en virologie, en raison de la disponibilité de nouveaux médicaments et de l’importance accordée à la prévention par la vaccination.

«En raison de l’intérêt renouvelé pour des maladies dont les besoins médicaux sont insatisfaits, et considérant les possibilités scientifiques, nous avons décidé de mettre un terme au programme de recherche en virologie à Boehringer Ingelheim», a dit Michel Pairet, vice-président principal responsable de la division de la recherche et du développement à Boehringer Ingelheim dans un communiqué.

Boehringer Ingelheim Canada avait acheté le centre de recherche de Bio-Méga à Laval pour 23,4 M$ en 1988. Elle y avait depuis réalisé plusieurs investissements majeurs, dont un de 36 M$ en 2008, lequel avait permis de grossir l’équipe de recherche de 40 scientifiques, pour la porter à 190.

La perte des laboratoires de Boehringer est la dernière d’une longue série de fermetures de centres de recherche des multinationales pharmaceutiques depuis cinq ans dans la région de Montréal, dont ceux de Pfizer, Merck, Johnson & Johnson, Sanofi Avantis et AstraZeneca. Consultez en page 2 notre tableau des principales suppressions d'emplois dans le secteur pharmaceutique depuis 2006 au Québec.

Heureusement, la pharmaceutique spécialisée Valeant est venue apporter un baume sur la plaie du secteur en avril dernier en annonçant qu'elle déménageait son siège social international à Laval. Elle vise faire de ses installations de Laval un chef de file mondial en dermatologie.

À la une

Gérer son risque de survie

EXPERT INVITÉ. Imaginez si vous épuisiez vos économies avant de mourir...

Pourquoi Claret a augmenté sa participation dans Alithya

Il y a 8 minutes | Denis Lalonde

BALADO. Claret a récemment augmenté sa participation dans Alithya. Pourquoi? On en parle avec Vincent Fournier.

10 choses à savoir vendredi

Il y a 51 minutes | Alain McKenna

Ce pickup électrique veut en découdre avec Tesla. La menace qui guette Hydro-Québec, Labatt au-delà de la bière.