Merck résiste mieux que prévu au dollar fort

Publié le 28/04/2015 à 10:02

Merck résiste mieux que prévu au dollar fort

Publié le 28/04/2015 à 10:02

Par AFP

(Photo: Bloomberg)

Le dollar fort a pesé sur les résultats de Merck au premier trimestre, mais le groupe pharmaceutique américain a mieux résisté que prévu et même relevé mardi sa prévision de bénéfice annuel. 

Le bénéfice net a notamment chuté de 44% à 953 millions de dollars sur les trois premiers mois de l'année, tandis que le chiffre d'affaires baissait de 8% à 9,4 milliards de dollars.

Comme beaucoup d'autres groupes américains, Merck a pâti du renforcement du dollar: les effets de change défavorables ont amputé son chiffre d'affaires de 5% ce trimestre, et le groupe s'attend à ce que la facture pour l'ensemble de l'année atteigne 2,8 milliards. 

L'autre raison de la baisse du chiffre d'affaires, c'est la cession l'an dernier des médicaments sans ordonnance du groupe à son concurrent allemand Bayer pour un peu plus de 14 milliards de dollars. Cette réduction de périmètre n'a été que partiellement compensée par des acquisitions comme celle du spécialiste des antibiotiques Cubix, annoncée fin 2014. 

Le chiffre d'affaires du premier trimestre a malgré tout mieux résisté que prévu par les analystes, qui anticipaient seulement 8,99 milliards en moyenne. 

Le bénéfice par action hors éléments exceptionnels, qui sert de référence à Wall Street, a également dépassé les attentes à 85 cents, quand les analystes tablaient sur seulement 74 cents. 

Fort de ces bonnes surprises, Merck a amélioré sa prévision annuelle: il vise désormais un bénéfice de 3,35 à 3,48 dollars par action, contre seulement 3,32 à 3,47 dollars auparavant. 

Il continue parallèlement d'espérer un chiffre d'affaires annuel compris entre 38,3 et 39,8 milliards de dollars. 

«Notre solide performance ce trimestre démontre que nos stratégies scientifiques et commerciales, ainsi que nos investissements ciblés, payent», s'est félicité le PDG Kenneth Frazier. 

Outre Cubist, Merck a aussi annoncé sur l'année écoulée le rachat de la biotech suisse OncoEthix, spécialisée dans les traitements du cancer, ou l'américain Idenix qui dispose de trois molécules en développement contre l'hépatite C. 

Au premier trimestre, les analystes saluaient notamment des performances supérieures aux attentes pour l'antidiabétique Januvia/Janumet, qui affiche 1,4 milliard de dollars de ventes cumulées sur le trimestre, en hausse de 4% sur un an, ainsi que pour le vaccin contre le cancer du col de l'utérus Gardasil malgré des ventes en repli de 6% à 359 millions de dollars. 

Le nouveau traitement du mélanome Keytruda, que Merck avait commencé à commercialiser seulement au troisième trimestre et sur lequel il fait reposer beaucoup d'espoirs, progresse également mieux qu'espéré, avec 83 millions de dollars de chiffre d'affaires après 50 millions sur les trois derniers mois de 2014. 

Ajouté à l'annonce lundi soir de résultats positifs pour une étude clinique sur Januvia/Janumet qui «pourraient aider à raviver la croissance pour la plus grosse marque de Merck», selon Credit Suisse, ces bonnes nouvelles profitaient à l'action Merck.

À la Bourse de New York, le titre grimpait de 5,73% à 60,37 dollars dans les premiers échanges.

À la une

Le Québec Inc. sous-estime le potentiel de l’Italie

Le nouveau président de la Chambre de commerce italienne au Canada veut «approfondir» la relation Québec-Italie.

Rentables, les fonds de travailleurs?

EXPERT INVITÉ. Les fonds de travailleurs représentent assurément une option pertinente, voici pourquoi:

Canada: les villes veulent 7 G$ pour des logements abordables

Les maires de villes au Québec espèrent, du même coup, plus de flexibilité dans le processus.